Me contacter

06-03-40-24-65

E-mail

carole-thiebault@28joursdelaviedunefemme.fr

Aujourd’hui, je suis scotchée.

Comme toi, je faisais quotidiennement face à un terrible constat : ma contraception n’avait pas été un vrai choix. Et cela n’avait qu’un effet : je ne me sentais pas satisfaite de ce que j’avais choisi, j’appliquais malgré tout en gardant pourtant au fond de moi le sentiment que quelque chose clochait.

En fait, si tu as aujourd’hui une contraception que tu n’acceptes pas totalement, tu risques de ressentir comme un petit cailloux dans ta chaussure. Tu ne sais pas comment il est arrivé là, tu es persuadée que tu peux continuer à marcher et que tu t’en occuperas plus tard mais il va te pourrir la vie jusqu’à ce que tu enlèves la chaussure et que tu le déloge.

C’est sans parler de ce que tu soupçonnes comme étant causé par ta contraception sans que personne ne semble t’écouter, ni t’expliquer les raisons de ce mal-être : prise de poids, baisse de la libido, douleurs…

Tu aimerais sans doute savoir comment j’ai fait pour me sortir de tout ça et trouver la liberté de gérer ma fertilité de façon autonome et sans stress ?

La solution ?

Il y a 10 ans, j’ai testé (et adopté) la Symptothermie Moderne.

La situation de départ 

J’avais 30 ans, j’étais déjà passée par pas mal de trucs concernant ma contraception. Très classiquement, j’avais commencé par la pilule.

Étrangement, je ne l’avais pas prise dans un but contraceptif mais pour régler une autre problématique visiblement causée par les hormones. Mais alors, ça n’a pas duré longtemps car à chaque nouvelle plaquette, je passais plusieurs jours avec des vertiges et des nausées terribles.

Ensuite, j’ai voulu me diriger vers une méthode moins contraignante et surtout par chimique : le stérilet était tout indiqué. Oui mais cette fois la galère a consisté à trouver un gynécologue prêt à me le poser ! L’argument ? J’étais nullipare. J’ai failli mal le prendre, croyant qu’on m’insultait mais j’ai compris que ça voulait dire que je n’avais pas eu d’enfant ! Bon, je l’ai mal pris quand même parce qu’on m’imposait un refus devant mon choix éclairé.

Après j’ai tourné au préservatif un moment et puis il y a eu la rencontre …

J’ai compris que j’avais réellement le choix entre plusieurs solutions et que bien expliquées, elles constituent de réelles possibilités. 

J’ai compris que chacune nous pouvions trouver LA solution qui nous convenait à un moment de notre vie.

J’ai compris qu’on n’était pas obligée de choisir un mode de contraception pour toute notre vie fertile.

T’imagines ? Tu as déjà le choix entre différentes catégories de contraception :

  • hormonale ;
  • barrière ;
  • définitive ;

A cela s’ajoute l’approche d’observation qui aborde le problème de façon tout à fait différente. Connaître le cycle pour s’y adapter et réduire le risque de conception si tel est le choix du moment.

Étape: découverte de la symptothermie moderne

Rencontre avec une sage-femme qui organisait des journées d’information et de formation à la Symptothermie Moderne. 

Kesako ? Une méthode d’auto-observation du cycle menstruel féminin qui permet de savoir en temps réel si l’on se trouve dans une période fertile ou dans une période infertile de son cycle.

Ensuite le couple se responsabilise en fonction de son désir (enfant ou pas) et aménage les intimités amoureuses en prenant le risque en compte.

Cette méthode n’est pas nouvelle, Josef Rötzer en est l’instigateur. Aujourd’hui, plusieurs “écoles” tirent la couverture. Bref ça intéresse alors les guerres de clocher apparaissent…

Le livre de Rötzer : ma bible !

En tout cas, de mon côté, j’ai assez rapidement pris le parti de rester en dehors de tout cela. Ce qui m’intéresse : la fiabilité de la pratique qui passe par la qualité de la formation avant tout. 

Le second point qui est important à mes yeux : l’indépendance. Que dirais-tu si on te vantait une méthode d’autonomie et que tu devais au final dépendre d’une appli ou d’un logiciel pour suivre la méthode ? Tu y verrais une logique ? 

Moi non alors je suis de la team papier crayon.

C’est d’ailleurs comme ça que j’ai appris et je suis heureuse de pouvoir me débrouiller en toutes circonstances. Même sans réseau je sais où j’en suis !

J’ai donc écouté religieusement (ah ah) tout ce qui a été dit ce jour là et je suis repartie avec l’envie de tenter le coup.

Étape 2 : est-ce bien efficace ?

S’assurer que c’est pas une arnaque et que je ne vais pas me retrouver dans deux mois assise sur mes toilettes en train d’attendre et de prier (décidément) fébrilement que la seconde bande bleue n’apparaisse pas sur le test de grossesse. 

“Sur 7866 cycles, seulement 3 grossesses non désirées se sont produites. Cela correspond à un indice de Pearl de 0,4. L’efficacité de Sensiplan est ainsi comparable à celle de la pilule.

Mais l’efficacité d’une méthode se calcule également en fonction de son utilisation au quotidien. Par exemple, un oubli dans la prise de la pilule ou le non-respect des règles Sensiplan ne sont pas imputables aux méthodes elles-mêmes, mais à une erreur de l’utilisateur.

Les études montrent alors que l’indice de Pearl monte à 1,6. A titre de comparaison, il monte à 8 en ce qui concerne la pilule.”

C’est un texte qu’on peut lire sur le site du Sensiplan, un organisme qui diffuse la méthode et qui met un point d’honneur à ce qu’il y ait du recul sur les études de fiabilité. Parce qu’elle est là ma fiabilité : il existe des études et des calculs d’indices de fiabilité qui sont exactement les mêmes pour toutes les méthodes de contraception disponibles. Ça s’appelle l’indice de Pearl.

Alors quand je vois un indice comparable à celui de la pilule contraceptive, j’ai comme un truc qui s’allège en moi. Et quand je vois qu’à l’utilisation l’efficacité rivalise encore avec ce qui est considéré encore aujourd’hui comme la méthode la plus fiable, l’impression générale est encourageante.

C’est pas mal d’ailleurs, qu’en penses-tu ?

Alors bien-sûr, rien de magique. La méthode repose sur l’engagement dans l’observation, la constance et cela peut constituer une contrainte trop importante pour certaines femmes.

Elle n’est pas efficace à 100%, pas de promesse impossible à tenir. Mais quelle méthode de contraception est efficace à 100% ? 

AU-CU-NE !

Ce n’est clairement pas fait pour tout le monde. Cette approche peut constituer une contrainte trop forte pour certaines femmes.

Perso, autant prendre une pilule tous les jours me paraît (et ça l’a été durant mon court essai) hyper lourd à porter, autant avec la Symptothermie Moderne c’est passé comme une lettre à la poste.C’est mon petit moment à moi durant lequel je sais que je m’occupe de mon bien-être.

Pour toi ça peut être l’inverse, et alors ? L’important est de pouvoir faire un choix éclairé.

Étape 3 : s’assurer d’être bien formée

La qualité de la formation est non négociable. 

Est-ce que tu a appris, que ce soit dans ton milieu familial ou scolaire, à reconnaître les signes que te donne ton corps pour te situer dans ton cycle ?

Moi clairement non. Aller je te l’accorde, j’ai eu le cours de 4ème avec le graphique qui montrait que le cycle devait durer 28 jours et comprenait une ovulation au 14ème jour.

Pff la blague ! 

Alors que là, devant cette formatrice, je l’écoutais (je suis presque sûre que j’avais la bouche ouverte) me conter la façon dont les choses se faisaient là, à l’intérieur de moi-même !

La révélation ! Et du coup ensuite tout a découlé presque naturellement (sans mauvais jeu de mots !).

J’ai appris à observer mes menstruations, ma température corporelle et à repérer ma glaire cervicale. Pour la majorité des points c’était facile.

Par contre j’avoue que pour la glaire cervicale, c’était moins évident. C’est d’ailleurs un point commun que je retrouve chez beaucoup de femmes que j’accompagne aujourd’hui.

Observer la glaire cervicale et différencier les différences de consistance en fonction du cycle a nécessité pour moi un temps d’adaptation. Mais au final rien de bien difficile.

A l’époque, j’ai tout appris dans la même journée : 

  • comment fonctionne le cycle menstruel ;
  • que faut-il observer et comment ;
  • la façon de noter les observations ;
  • l’interprétation des observations.

Le problème s’est posé ensuite, lorsque quelques années plus tard j’ai à mon tour choisi de transmettre la méthode. Je me suis aperçue que cela représentait trop d’informations en même temps.

Alors maintenant je le fais en deux étapes :

  1. on apprend le cycle et les observations
  2. on apprend à interpréter

Cela permet de commencer à s’observer tranquillement sans stress de savoir si on a bien compris ou non.

C’est aussi un gage de sécurité : pour moi qui suit plus sûre que la méthode est bien assimilée et pour la femme qui se sent accompagnée et soutenue en cas de doute. Pour moi c’est indispensable de pouvoir compter sur la personne qui transmets la méthode, avoir l’espace de poser des questions et surtout confirmer que cette personne sait répondre et ne paraît pas débordée par une situation particulière ou semble découvrir les choses en même temps que toi.

Attention également à bien utiliser une méthode de contraception pendant cet apprentissage. Toute méthode est valable exceptées les méthodes hormonales.

Celles-ci “bloquant” le cycle naturel, cela constitue une contrainte majeure pour observer.

Étape 4 : changer de regard sur la contraception et mon cycle

Lâcher la conception qu’on a des méthodes de contraception classiques. Je ne sais pas si tu as remarqué, je n’ai pas utilisé le mot contraception dans le titre de cet article. Je parle bien plus volontiers de gestion autonome de la fertilité (l’expression n’est pas de moi!).

Et oui en fait ce n’est pas la méthode qui constitue en elle-même la contraception. En plus, qui dit contraception dit moyen d’empêcher la conception, directement j’entends.

Ici on aborde les choses différemment. Il ne s’agit pas de bloquer un processus ou de faire barrière. Il s’agit d’observer, d’identifier puis de prendre une décision en conscience :

  • Je suis infertile : c’est la fête 🥳 
  • Je suis fertile : Soit je passe mon tour soit j’utilise une méthode barrière et alors je bascule dans une démarche contraceptive 

Tu comprends du coup que pratiquer la Symptothermie moderne ce n’est pas vraiment pratiquer une contraception, c’est d’abord un chemin de connaissance de son corps. C’est un outil que l’on peut utiliser comme support à la contraception.

Derniers conseils 

Rappelle-toi, on est parties du constat que peut-être tu te trouves dans une période de questionnement par rapport à ta contraception et je suis venue te dire qu’il existe des solutions que tu n’as peut-être jamais envisagées.

Changer ton regard et ton approche du cycle peut te permettre de gérer ta fertilité différemment, de gagner en autonomie. 

Ça implique bien-sûr une grande responsabilité car c’est sans filet : c’est toi qui gère et c’est toi qui décide en temps réel (enfin ton partenaire peut prendre part à la prise de décision aussi).

Mais le jeu en vaut la chandelle dès que ces points sont abordés, évalués et acceptés en conscience.

Tu t’engages sur un chemin de connaissance, un chemin vers une meilleure estime de toi-même, un chemin de liberté et de partage aussi avec la personne qui partage ton lit.

Tu peux aussi en rester à l’observation sans forcément te servir de la Symptothermie dans une optique contraceptive. C’est ce que j’aime dans cette approche, on en fait (presque) ce qu’on veut !

C’est quand tes prochaines règles ? Tu te lances ?

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  

Carole Thiebault

Naturopathe - Heilpraktiker
Consultante en gestion autonome de la fertilité

Nous vous recommandons de lire

10 commentaires

  1. Comme je suis célibataire (sans dec’… je me suis déjà assez épanchée là-dessus sur mon blog pour pas en plus troller les blogs des autres xD) je me dis que ça serait un bon moment pour prendre le temps d’apprendre ça et être parée le jour où j’en aurais besoin. Mais le problème c’est que c’est le bordel dans mon cycle… ce mois-ci je les ai eu le 10, le mois d’avant je ne sais plus mais le mois encore d’avant davantage vers le début du mois… pendant plusieurs mois de suite l’année dernière c’était le 8, puis ça a sauté quinze jours sans prévenir… des foi ça saute 5 ou 7 jours d’un coup… ça monte et ça descend… c’est vraiment vraiment bordélique… du coup même si cette méthode est chouette pour apprendre à connaître son corps (ce qui est toujours bon à prendre) ça me paraît difficile de l’appliquer pour la contraception…

    1. Carole Thiebault a dit :

      Justement tu soulèves un point super intéressant !
      Le fait d’observer permet justement de prendre conscience de ce qui “ne tourne pas rond”.
      Parfois la simple observation régule les choses, parfois il faut un peu d’aide (alimentation, phyto ou autre).

      Ton commentaire est donc un bon complément à l’article car non ça ne fait pas obstacle mais tu risques d’être frustrée en n’ayant que très peu de jours d’infertilité par rapport à si tu avais des cycles apaisés mais c’est aussi un bon point de départ pour y arriver.

      Alors n’hésites pas si envie de sauter le pas 😉

      1. Si c’est pas un obstacle, c’est super ! La machine à réfléchir est en route, du coup ! Merci 😀

        1. Carole Thiebault a dit :

          Ne la surchauffe pas quand même !
          Avec plaisir en tout cas.
          Bises

  2. C’est vrai que c’est difficile de trouver une contraception adaptée !
    Perso j’ai essayé pilule, implant, anneau, patch, préservatif… Sans qu’aucune ne me corresponde vraiment.
    La symptotermie je n’y avais pas pensé ! Merci pour ce partage.

    1. Carole Thiebault a dit :

      Ah oui tu as presque tout testé !!
      Et bien si la sympto peut être une solution pour toi, je serai ravie de t’accompagner sur ce chemin…

      Merci pour ton retour !
      Carole

  3. Merci Carole pour ce nouvel article passionnant. C’est chouette que tu abordes ce thème car il y a beaucoup de personnes qui ne connaissent pas forcément.
    Je voulais d’ailleurs me former à la méthode Billings (mais je n’ai pas pu avec le Covid) donc je pense que je vais opter pour le livre que tu recommandes.
    J’ai entendu de très beaux témoignages de couples qui avaient expérimenté cela et qui étaient ravis car cela avait apporté un nouveau rapport au corps.
    Je te souhaite une belle continuation et encore bravo pour ton super blog 🙂

    1. Carole Thiebault a dit :

      Merci Nathalie pour tes louanges, je les accueille avec beaucoup de bonheur.
      Super ce chemin que tu t’offres avec ton compagnon, c’est vrai que cela ouvre de nouvelles voies de partage. N’hésites pas à partager tes ressentis !
      A bientôt,
      Carole

  4. Sosobio a dit :

    Bonsoir,
    J’avais fait la formation à un moment et puis après ma grossesse (tout à fait désirée !!) et l’accouchement, j’ai laissé tomber, on est repassé aux préservatifs. Là, mon compagnon (plus âgé que moi et déjà quatre fois papa) va parler à l’urologue de vasectomie ! On est tous les deux très contents ! Bonne soirée

    1. Carole Thiebault a dit :

      Bonjour Sophie,

      J’adore ton commentaire parce qu’il montre à quel point la méthode de contraception n’est pas fixe. Le choix s’adapte aux étapes de la vie !
      C’est chouette de sentir que vous êtes bien avec vos choix !
      Belle journée
      Carole

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Reçois et passe le test d'équilibre hormonal pour savoir où tu en es