Me contacter

06-03-40-24-65

E-mail

carole-thiebault@28joursdelaviedunefemme.fr

Interview d’Aline Demolin du blog aline-demolin.fr : son avis sur l’endométriose

As-tu déjà eu l’impression que personne ne veut t’écouter quand tu dis que tu as mal (attention dans l’endométriose on parle de douleur inimaginable hein) pendant tes règles et que tu as tout essayé en vain ?

J’imagine que ce qui t’envahit le plus souvent c’est la colère. La colère de n’être pas entendue dans ta souffrance.

La colère de te voir expliquer ce que tu ressens au plus profond de toi sans pour autant que cela réponde justement à ce que tu ressens.

Cette colère ne t’aide évidemment pas à te sentir mieux, bien au contraire, elle t’éloigne encore plus de ce corps qui est le tiens et dont tu as le profond sentiment qu’il te trahit tous les mois en te faisant subir les douleurs que tu ressens.

Parce que les douleurs tu ne les inventes pas. Elles sont bien là, insupportables, cycliques.

Et la réponse qu’on t’a donnée pour les faire taire te satisfait de moins en moins même si parfois tu as eu la chance d’avoir un diagnostic : endométriose.

Tu ne comprends pas pourquoi la seule solution qui t’es proposée te semble être en fait un vaste fourre-tout par lequel on répond, faute de mieux.

Du coup tu perds confiance et tu n’écoutes plus ton professionnel de santé qui pourtant a des arguments entendables. 

Non toi tu en a assez de te sentir dépossédée de :

  • ton corps ;
  • des moyens de faire cesser les symptômes que tu ressens et qui te pourrissent la vie au quotidien ;
  • de tes propres ressentis puisqu’on ne les entends même pas !

Ce que tu veux maintenant c’est reprendre les choses en mains. Pouvoir espérer vivre comme toutes ces autres filles qui n’ont pas à mettre leur vie entre parenthèses plusieurs jours par mois à cause de leur utérus.

Et si je te disais que je peux t’aider ? J’ai contacté Aline Demolin, grande spécialiste de l’endométriose, et elle a accepté de nous parler de ce qu’il est possible de faire pour vivre mieux avec l’endométriose.

Interview d’Aline Demolin

Aline, merci d’avoir répondu positivement à mon invitation pour répondre à quelques questions sur l’endométriose. Pour commencer je te propose de te présenter pour celles et ceux qui ne te connaissent pas…

Bonjour, je m’appelle Aline Demolin, je suis naturopathe et j’accompagne les femmes atteintes d’endométriose à mieux vivre avec en réduisant notamment les symptômes qu’elles subissent.

Aline Demolin

Je vis moi-même avec l’endométriose depuis 6 ans et je suis passée par les traitements chirurgicaux puis hormonaux. Grâce à mes recherches personnelles, mes compétences en naturopathie et des formations continues dans ce domaine, je transmets aujourd’hui ce que je sais et qui fonctionne.

Alors justement pour situer un peu les personnes qui n’auraient peut-être pas de diagnostic et qui soupçonnent une endométriose, quels sont les symptômes qui mettent la puce à l’oreille ?

Le premier symptôme qui revient et qui est le plus difficile à supporter est la douleur. La douleur pendant les règles.

Ce n’est pas une petite douleur, ce sont des douleurs insupportables. Et du coup les anti douleurs classiques qu’on connaît sont loin d’être suffisants. Ils n’ont aucun effet.

Il faut que soient prescrits des anti-inflammatoires à forte dose ou très puissants pour avoir un soulagement. 

Il est important de souligner que douleurs de règles ne rime pas forcément avec endométriose. Les chiffres officiels parlent de 10% des femmes atteintes par cette maladie. Et bien plus de 10% des femmes peuvent ressentir des douleurs de règles dans leur vie.

Il y a aussi souvent des douleurs lors des rapports amoureux. Ce genre de douleur n’est pas normal et elles font partie du tableau de l’endométriose.

La douleur caractérise l’endométriose sans être exclusive de toute autre cause

Souvent l’endométriose est découverte lors d’un désir de grossesse. A l’occasion des investigations du médecin, il découvre le pot aux roses ce qui permet un diagnostic.

J’en profite pour préciser ici aussi qu’il circule une information selon laquelle endométriose rimerait avec infertilité mais j’ai suffisamment d’exemples contraires pour dire que ce n’est pas un obstacle à une grossesse.

Super nouvelle ! Alors nous venons de voir les principaux symptômes mais c’est quoi au juste l’endométriose ?

C’est un déséquilibre hormonal qui se traduit par la prolifération de tissus de l’utérus, l’endomètre. Il va avoir tendance à envahir un peu des endroits qui ne sont pas habituels.

Il peut arriver que du sang reflue vers les trompes durant les règles. En temps normal c’est ok, le système immunitaire prend en charge et fait disparaître ce qui n’est pas à sa place.

Mais chez la femme atteinte d’endométriose, le système immunitaire est déficient sur ce point et laisse faire…

Il y a également une dimension inflammatoire. Tout cela me porte à dire que c’est une maladie du système hormonal féminin mais qui s’approche de façon globale.

Justement, quelle est ton approche ? Quels sont les points importants à retenir ?

L’alimentation est un point essentiel car on peut réduire l’inflammation de façon générale grâce à elle. Cela suppose des réajustements pour la plupart des femmes mais rien d’insurmontable.

Ensuite on va s’intéresser au système immunitaire et plus particulièrement à la sphère intestinale qui représente une barrière incontournable. Il y a là aussi souvent un équilibre à retrouver.

Et puis la dimension du stress est également à prendre en compte car de nombreuses approches médicales convergent vers l’idée que le stress augmente les sensations de douleur.

Mon travail est un travail de recherche des causes profondes mais cela n’exclut pas la prise en compte de la douleur. C’est important aussi d’accompagner pour réduire cette douleur.

L’endométriose est une souffrance quasi quotidienne

Quels sont les retours fréquents de tes clientes et combien de temps faut-il en moyenne pour ressentir des améliorations ?

Les témoignages font régulièrement état d’une nette amélioration de ce qui pourrit la vie des femmes atteintes d’endométriose : la douleur.

Elles revivent littéralement.

Après des mois ou des années de souffrance, elles peuvent envisager une vie normale. Parce qu’il faut savoir que ces douleurs t’empêchent d’aller travailler tellement elles sont fortes.

Donc la diminution voire la quasi disparition des douleurs de règles sont une véritable libération pour elles.

Lié à cela, elles sont heureuses de retrouver de l’énergie. Parce que l’endométriose s’accompagne de fatigue chronique. Le corps luttant constamment contre ce déséquilibre, il n’a plus assez d’énergie pour le reste.

Pour ce qui est du temps que cela prend, cela dépend d’une chose : la capacité de la femme à “se bouger les fesses”.

Rien n’arrive sans rien et si elles ne mettent pas en place les conseils, il n’y aura pas de résultat. 

Se libérer des douleurs de l’endométriose

Mais pour celles qui jouent le jeu, en moyenne en l’espace de 2 mois on peut déjà observer du mieux.

Merci pour ce message ultra positif Aline. Tu montres ici que c’est possible et qu’on peut se sortir des douleurs notamment de l’endométriose. As-tu un dernier conseil ?

Pas un conseil mais mon mantra ! 

Mon programme d’accompagnement s’appelle “Capitaine” parce que je dis toujours que chaque femme est le capitaine de son bateau intérieur.

Il appartient à chacune de reprendre le gouvernail et de diriger sa vie où elle le souhaite.

Toi aussi, tu peux vivre sans douleur malgré l’endométriose

Tu fais peut-être partie des 10% de femmes qui vivent en supportant des douleurs chroniques liées à ton cycle. Il est fort probable que tu n’en connaisse pas la cause ou que tu aies traversé un vrai parcours du combattant pour obtenir un diagnostic.

Endométriose. Voilà c’est tombé (ou il y a de fortes suspicions auquel cas je t’invite à insister auprès de ton professionnel de santé pour passer des examens et suivre cette piste).

Et face à cela, faute de pouvoir profiter d’un traitement spécifique, on te propose la seule et unique voie pour faire taire les symptômes : la pilule contraceptive.

La tuile. Tu te demandes même si le moment venu il te faudra faire un choix entre les douleurs de l’endométriose et ton désir de grossesse. Parce qu’on t’a clairement fait comprendre que c’est le seul moyen d’endiguer le phénomène (en dehors des interventions chirurgicales lorsque l’endomètre est devenu trop envahissant) c’était cette fichue pilule. 

Oui mais voilà, ce n’est peut-être pas ton choix de prendre ce médicament ad vitam et/ou tu souhaites trouver des solutions pour atténuer les symptômes.

Nous venons de voir avec Aline qu’il existe des clés qui te permettent d’améliorer ton quotidien.

Imagine : tu as tes règles et tu ne les as pas senties venir ! Impossible ? A présent tu sais que non, qu’il y a de l’espoir.

Alors encore une fois, ce monde n’a rien de magique. Il va te falloir revoir ton hygiène de vie et particulièrement ton alimentation.

Car elle peut aggraver comme grandement améliorer ton état.

Mais tu ne crois pas que ça vaut le coup ? Ne plus sentir ton ventre te rappeler à l’ordre, t’empêcher de sortir alors qu’il fait beau et que comme toute personne normale, tu aimerais profiter juste de l’instant présent sans interférences. 

Il est temps de changer la liste de tes prochaines courses ! De végétaliser un peu tes assiettes et de prendre soin de toi !

Alors quand est-ce que tu tries tes placards ?

Retrouver Aline :

Sur Instagram

Sur son site

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  

Carole Thiebault

Naturopathe - Heilpraktiker
Consultante en gestion autonome de la fertilité

Nous vous recommandons de lire

8 commentaires

  1. Alors , je suis un garçon donc mon endomètre va bien . Mais je vis avec ma chérie , forte atteinte par ces douleurs semblant insupportables . Je transmet ton article car j’y ai lu des choses sur le traitement (l alimentation , la gestion du stress, etc) que je pense sera utile à ma chérie . 😉
    https://je-suis-commercant.fr/vente-additionnelle/

    1. Carole Thiebault a dit :

      Me voilà rassurée pour ton endomètre 🤣🤣.
      Merci pour le partage, et oui les garçons vous pouvez être diffuseur d’info (et d’ailleurs vous êtes déjà nombreux à le faire) et nous vous en remercions.
      Prendre soin les uns des autres n’est-ce pas le début d’un monde apaisé ?

      Au plaisir,
      Carole

  2. Merci pour cette belle interview qui remet bien des choses à leur place. Les changements alimentaires permettent de progresser vers une santé naturelle. Parole de naturopathe ! 🙂

    1. Carole Thiebault a dit :

      Ah ah la team naturo ! C’est génial de pouvoir se soutenir et parler d’une même voix !
      Merci Christine

      Carole

  3. Bonjour, cet article me touche car j’ai subi l’endométriose depuis mes 15 ans. Je me sentais condamnée à vivre une semaine par mois de douleurs insupportables nuit et jour, sans que l’on mette les mots dessus. Manquant d’informations, je pensais que c’était normal d’avoir mal, je croyais que j’avais juste “un peu plus mal” que d’autres. Cela impacte énormément le quotidien, je n’ai pour autant jamais raté un cours ni examen, ce n’était pas envisageable. La vie continuait en serrant les dents. Adulte, j’ai consulté des gynécologues en leur soumettant l’endométriose, certains m’ont ri au nez. Jusqu’au jour où, à 28 ans, un spécialiste m’a proposé de m’opérer directement. Le verdict était sans appel, il m’a dit que c’en était une “costaud”. L’année suivante, j’ai eu ma première fille 🙂 Depuis, la vie a changé, pas besoin de traitement, les règles sont très abondantes mais presque plus de douleurs. Comme dit dans cet article, “je revis”. Je pense que les mentalités ont évolué depuis et qu’il est plus facile de diagnostiquer une endométriose. Faites confiance à vos ressentis et n’acceptez pas de vous habituer à la douleur, elle n’est pas une fatalité et vous pouvez vivre mieux. Et je confirme: l’alimentation a un impact important ! (par exemple, une raclette la veille des règles va me faire sentir plus de douleurs et de lourdeur le lendemain !)

    1. Carole Thiebault a dit :

      Marie,

      Énorme merci pour ton partage ici !
      Je suis bien désolée que tu aies fait partie des femmes victimes de cette fichue errance médicale.
      Et puis il y a cette fin de message tellement positive !
      Merci de faire bouger les choses !

      Au plaisir de te lire,
      Carole

  4. Cet article est très intéressant, je l’ai partagé sur facebook. Plus l’information circulera, plus les femmes se sentiront libre d’en parler.

    1. Carole Thiebault a dit :

      Génial,
      Merci pour ton soutien Cora, tu a tout à fait raison.
      Diffusons !

      Belle journée,
      Carole

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Reçois et passe le test d'équilibre hormonal pour savoir où tu en es