Me contacter

06-03-40-24-65

E-mail

carole-thiebault@28joursdelaviedunefemme.fr

Savez-vous ce que vous partagez avec pas moins du quart de la population française ? Vous avez un cycle menstruel.

Vous êtes en effet près de 15,5 millions de françaises à partager ce point commun : vous vivez en moyenne 500 cycles dans votre vie, sur 39 ans environ.

C’est une bonne raison pour savoir ce qui se trame en vous non ?

C’est pourquoi j’ai décidé de vous expliquer le cycle de manière simple et abordable.

 

Le cycle menstruel est un théâtre réunissant beaucoup d’acteurs

#Des organes

On compte parmi eux deux ovaires et un utérus.

  • Les ovaires sont les aires de stockage de nos futurs ovules. Nous avons le privilège de préserver des cellules immatures depuis le temps où nous prenions forme dans le ventre de notre mère. Ces cellules sont appelées ovocytes. Elles ne sont pas fécondables et c’est une des fonctions du cycle que de les faire “mûrir” pour qu’ils puissent avoir la chance de rencontrer un spermatozoïde … ou pas.
  • L’utérus est le réceptacle qui reçoit l’œuf fécondé (un ovule qui a fusionné avec un spermatozoïde. Il adapte sa taille à la croissance du fœtus). En dehors de cette possibilité de grossesse, l’utérus est préparé à ce travail durant le cycle. S’il n’y a pas de fécondation, la préparation est réduite à néant et le corps recommence le cycle suivant. C’est un peu comme si Valérie Damidot revenait chaque mois refaire la déco de votre chambre d’enfant dans l’espoir qu’il y en ait un qui s’y installe.

#Une glande hormonale

L’hypophyse est une glande située en plein centre de votre cerveau. Mais que vient faire le cerveau dans mon cycle me direz-vous ? Et bien c’est comme dans un état centralisé : les grandes décisions se prennent dans la capitale. Ici la capitale c’est le cerveau et l’hypophyse est le ministère du cycle (en réalité il rassemble d’autres ministères mais ils ne nous intéressent pas aujourd’hui.).

L’hypophyse est un peu le manager du cycle

C’est donc de l’hypophyse que partent les ordres destinés à mener le cycle menstruel à bien. Si l’hypophyse est un ministère, il faut savoir qu’il y a un premier ministre au-dessus. Il s’agit de l’hypothalamus.

Cette précision est importante notamment pour comprendre l’implication du stress dans la marche du cycle menstruel.

#Des hormones

Si on connaît volontiers les œstrogènes et la progestérone comme les deux hormones principales du cycle.

Il est intéressant de savoir qu’en réalité le cycle ne peut se faire que par le jeu de quatre hormones qui se répondent.

  • Les hormones hypophysaires sont les hormones qui vont “ordonner” aux ovaires d’accomplir une tâche précise. Si la FSH (Foliculin Stimuline Hormon) invite l’ovaire à faire maturer un ovocyte, la LH (Lutéin Hormon) quant à elle déclenche l’ovulation c’est-à-dire la libération de l’ovocyte devenu ovule, mûr et fécondable.
  • Les hormones ovariennes regroupent celles que vous connaissez déjà certainement. Les œstrogènes vont justement faire grandir et grossir l’ovocyte pour le mener au stade où il pourra être fécondé s’il rencontre un spermatozoïde. La progestérone quant à elle prépare le corps à une éventuelle gestation.
Les hormones servent à communiquer et passer des messages entre les acteurs du cycle.

Le cycle menstruel est un jeu de scène bien huilé

Comme au théâtre, les acteurs du cycle  doivent répéter pour être prêts lors de la première.

La première ici c’est la fécondation, le corps se prépare à chaque cycle pour démarrer et maintenir une grossesse. Tant que ça n’arrive pas, il s’entraîne et prépare la grande représentation, en recommençant sans cesse.

#Le cycle menstruel demande une communication au top

Pour que les acteurs puissent jouer leur rôle et espérer obtenir un oscar, il faut que toute la troupe soit bien au courant des rôles de chacun et que le timing soit impeccable.

On l’a dit plus haut : l’hypophyse est celle qui donne le tempo. Les hormones sont là pour faire passer les infos entre les acteurs, ce sont des signaux comme on peut en voir sur scène et qui permettent de se situer dans le déroulement de la scène.

Les ovaires donnent la réplique et l’utérus pourrait être assimilé à un technicien qui s’occupe du décor.

Comme au théâtre, il faut répéter pour être au top le jour J.

L’hypophyse dans un premier temps demande aux ovaires de faire maturer un ovule, via un message hormonal de type FSH. Seul un ovaire répond en commençant à sécréter des œstrogènes.

L’ovocyte grandit et grossit au sein de l’ovaire, protégé par un follicule (une sorte de petit sac qui l’entoure).

Lorsque l’ovule est arrivé au stade où il est assez grand pour être fécondé, l’hypophyse envoie un nouveau message à l’ovaire pour qu’il le libère : c’est l’ovulation et c’est la LH qui déclenche le processus.

L’ovule libéré va se loger dans les trompes de Fallope (on est dans les coulisses là 😉). Pendant ce temps, le follicule change de costume de scène et se transforme en corps jaune (ça flashe sur scène vous verriez ça !).

Le corps jaune débite son dialogue sous forme de progestérone durant tout le temps qu’il faudrait à un œuf qui serait fécondé de revenir sur scène depuis les coulisses (les trompes de Fallope) et de prendre place dans le décor (l’utérus) pour grandir et faire un fœtus.

#Et un décor impeccable

Pendant ce temps, l’utérus subit des changements de décors. Si dans un premier temps on enlève la tapisserie durant les règles, c’est pour qu’ensuite les œstrogènes puissent en commander une nouvelle. Les œstrogènes ont pour effet de provoquer une multiplication des cellules tapissant l’intérieur de l’utérus pour en épaissir la paroi : c’est l’endomètre.

Ensuite, lorsque la progestérone est sur le devant de la scène, cela provoque la mise en place de vaisseaux sanguins, destinés à nourrir un éventuel œuf fécondé qui viendrait se “brancher”.

S’il n’y a pas de fécondation, les règles se déclenchent pour refaire le décor et répéter à nouveau la scène sans cesse.

En cas de fécondation, une autre histoire commence, et ça c’est l’occasion d’un prochain épisode !

 

Alors connaissiez-vous si bien le cycle ? Est-ce que cela vous éclaire ? Déclenche en vous des questions ?

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 4
    Partages
Avatar

Carole Thiebault

Naturopathe - Heilpraktiker
Consultante en gestion autonome de la fertilité

Nous vous recommandons de lire

8 commentaires

  1. J’adore cette comparaison avec le théâtre !! Et Valérie Damidot !!! Très clair et très bien illustré, merci Carole !

    1. AvatarCarole Thiebault a dit :

      Merci Déborah !
      C’est vrai que ça coulait tout seul en écrivant, puis j’ai eu un doute et finalement j’ai cliqué sur publier !
      Contente que tu aies apprécié.
      Bises
      C.

    1. AvatarCarole Thiebault a dit :

      Coucou Audrey,
      Merci ! Oui j’ai envie de rendre tout ça un peu moins tabou et plus fun 😜
      Bises

  2. Les règles, pas facile d’être femme ( :
    juste par curiosité quel est hormone qui retarde les règles chez les femmes non actives sexuellement?

    1. AvatarCarole Thiebault a dit :

      Alors là Carine j’ai besoin de précision pour mieux comprendre ta question. Est-ce que tu parles d’une hormone sous forme de traitement ? Est-ce une question d’ordre physiologique ?
      Dis-m’en plus et je te réponds volontiers !

      Bises
      C.

  3. Merci pour cet article! J’aime beaucoup tes métaphores et tu vulgarises notre système hormonale et menstruel de manière très agréable à lire ! Il est essentiel de mieux comprendre son corps pour mieux en prendre soin. Merci pour ce travail!

    1. AvatarCarole Thiebault a dit :

      Merci Guillemette !
      C’est exactement ce que j’essaie de faire : vulgariser ! Mission accomplie alors, je continue !

      A te lire avec plaisir
      Carole

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous êtes libre de recevoir le livre " Cycle menstruel : 5 clés pour retrouver l'équilibre"