Me contacter

06-03-40-24-65

E-mail

carole-thiebault@28joursdelaviedunefemme.fr

Depuis quelques années, on a vu fleurir de nouvelles formes de protections périodiques : cup, serviettes lavables, culottes de règles. J’ai souvent entendu des aînées s’exclamer : «  N’importe quoi on revient à l’âge de pierre ! Moi j’ai connu les linges à laver et bien jamais je n’y retournerai, vous (les jeunes, trop bien je suis encore jeune!)ne connaissez pas votre bonheur (avec les protections jetables). »

Mais alors, pourquoi je milite pour ce genre de protections ?

Les protections lavables, c’est écologique

Je suis une incorrigible récidiviste ! Il y a moultes années (pas si jeune finalement), pendant ma première grossesse, j’ai longuement étudié ce qui était encore balbutiant à l’époque : les couches lavables. J’avais découvert qu’il était possible d’échapper au nombre incroyable de couches jetables qui s’accumulent dans les déchetteries en passant au ré-utilisable. La grande question était de savoir si la fabrication et l’utilisation étaient plus ou moins polluante que les couches classiques. La réponse était oui à l’époque.

La même interrogation s’est imposée à moi lorsque je suis passée au lavable pour mes protections périodiques.

Comment sont fabriquées les protections périodiques ?

Un documentaire super intéressant est passé sur Arte (ouais je sais c’est pas glamour mais pour vous je sacrifie des moments de pure folie et voilà vous pouvez avoir des infos intéressantes) il y a déjà un bon moment et il abordait justement cette question. Comment sont fabriqués les serviettes et tampons hygiéniques ? Accrochez-vous parce que les sensibles à la protection de la planète vont pas être contents.

Quand vous achetez et utilisez des protections jetables, que ce soit serviettes ou tampons, il faut savoir qu’elles sont composées pour la plupart de cellulose chimique, elle-même obtenue à partir de bois de pin. Donc premier point : on abat des arbres. A ceci s’ajoute du coton dont la culture utilise environ 38 tonnes de pesticides par an aux U.S.A.

Le problème, c’est que la cellulose est marron. Et vous n’avez jamais vu de serviettes ou de tampons marron n’est-ce-pas ? Et bien tout simplement parce que les fabriquants utilisent du chlore. Allez ok je suis tout à fait honnête : ils ont abandonné le chlore pour du dioxyde de chlore. Et bien c’est le même résultat au final : production de dioxines. Ce sont des substances hautement polluantes et qui ont des conséquences sur notre santé comme nous le verrons plus loin. Les dioxines sont classées dans la famille des Polluants Organiques Persistants (POP), autrement dit, on ne s’en débarrasse plus.

Protections hygiéniques dioxines

Les serviettes lavables quant à elles utilisent souvent du coton bio ce qui limite l’utilisation des pesticides. On ne résout pas le soucis de la consommation d’eau que nécessite la culture du coton, ceci dit le fait d’acheter du lavable donc du réutilisable réduit la consommation donc l’utilisation du coton ne serait que pour ces produits.

Serviettes lavables = moins de déchets

Et j’enfonce le clou en disant qu’opter pour des protections hygiéniques lavables et/ou réutilisables réduit considérablement les déchets. En moyenne, une femme utiliserait 11 400 tampons au cours de sa vie ! Alors imaginez un peu ce que ça donnerait ces tampons si on les mettaient tous ensemble dans une pièce. Si on compare ce qui est comparable, une cup est annoncée selon les marque avec une durée de vie de 5 à 10 ans. Si on est pessimiste, on prend 5 ans. La moyenne des tampons a été calculée pour une durée de vie fertile de 38 ans donc si on remplaçait les tampons par des cup, on utiliserai sur 38 ans 7 à 8 cup. Comparé aux 11 400 tampons jetables, je sais pas vous mais moi mon choix est fait !

 

Les protections lavables protègent aussi votre santé

Candidose et serviettes hygiéniques

Je me souviens de la raison pour laquelle j’ai osé tester : à l’époque, j’avais une candidose chronique et le stade était vraiment mais vraiment très avancé !

Donc j’ai mis tout un protocole en place (qui est devenu mon protocole d’accompagnement des candidoses chroniques) auquel j’ai joint une démarche d’hygiène quotidienne. Et le passage aux protections lavables ont fait partie de mes choix. Pourquoi ? parce que j’avais remarqué que pendant mes règles, l’utilisation des serviettes jetables augmentait mes symptômes. La réflexion a été vite faite : la candidose est provoquée par un champignon et les champignons, ils aiment beaucoup les milieux acide, chaud et humide pour se développer. Alors pour l’acidité de mon terrain, j’avais mes outils de naturopathe et pour l’humidité ma foi, je n’y pouvait rien a priori. A priori seulement parce que si je n’ai pas décidé d’assécher cette partie de mon anatomie (naturopathe je suis, pas cinglée), je pouvais au moins ne pas contribuer à renforcer cette humidité naturelle. Et les serviettes jetables, c’est un peu comme si on mettait un sac plastique au fond de la culotte.

Et je vous assure qu’essayer c’est l’adopter : pas d’humidité artificielle, un confort vraiment net et pas d’odeur. La serviette lavable était entrée dans mon hygiène menstruelle.

Endométriose et tampons périodiques

Je vous avais dit qu’on reparlerai des dioxines. C’est maintenant et il faut s’accrocher. En fait quand on met des tampons, il faut bien prendre conscience qu’ils vont être au contact de la paroi vaginale. C’est une muqueuses très fine et poreuse. Et Meghan Telpner (une femme qui a étudié le sujet et dont j’ai lu les travaux pour cet article) a fait l’expérience d’observer que les tampons relarguaient plein de petites fibres visibles à l’œil nu. Ces mêmes fibres qui sont imprégnées de dioxines et qui je vous le donne en mille vont pénétrer notre organisme. Et que font ces dioxines dans notre corps ?

Des trucs pas sympas : des liens ont été mis à jour par différentes études entre les dioxines et l’endométriose. Le fléau de ces dernières années si j’en crois mes lectures et le nombre croissant de clientes atteintes qui me consultent.

Feminine intimate hygiene set over white background

Aller on termine par des considérations moins anxiogènes.

 

Protections lavables : c’est économique

Bon à première vue vous allez sauter au plafond quand je vais rentrer dans le détail mais avant ça, voyons un peu combien en moyenne vous coûtent vos règles.

Le coût du jetable

J’ai fait la simulation sur le site du Monde.fr qui détaille assez bien le mode de calcul qu’ils ont choisi.

En effet selon mes recherches, on passe d’une fourchette basse déjà conséquente à des chiffres astronomiques. Certains calculs prennent en effet en compte les paquets de chips ou de chocolat achetés en période de syndrome prémenstruel (SPM) ou encore les anti-douleurs pris pour les 1ers jours de règles. Bref des considérations qui ne se justifient pas dans ce que je veux partager avec vous aujourd’hui.

Et oui je suis désolée de vous le dire mais passer aux protections intimes lavables même bio ne vous empêchera pas d’avoir mal ou n’effacera pas vos fringales ! Pour ça il faut creuser un peu plus et s’occuper de votre équilibre de vie dans son ensemble.

Mais revenons à nos moutons : en me prêtant au jeu du simulateur (je n’ai pas coché la case antidouleur, déjà parce que quand j’en avais je les gérais autrement et parce que je n’en ai plus, nananèreuh!) je suis arrivée à un chiffre de 45 euros par an.

936357296J’avoue je m’attendais à plus parce que peut-être comme vous je suis sensible à tous ces discours sur la précarité menstruelle et que ça me révolte de devoir payer quelque chose juste parce que je suis une fille.

Mais après tout, les hommes, ça leur coûte combien de se raser ? Oh là je vois déjà des lectrices/lecteurs qui s’insurgent (je me sens féministe rationnelle, pas tous les jours, mais quand même j’essaie de faire la part des choses). Aller on s’éloigne du sujet d’autant que je ne nie pas la précarité menstruelle, 45 euros par an c’est quand même énorme quand on n’a pas de quoi manger tous les jours.

 

L’économie des protections lavables

Donc 45 euros par an ça me coûte. Enfin ça me coûterai parce que ça fait belle lurette que je n’achète plus de protections hygiéniques jetables. Je vais vous dire, ça fait exactement 8 ans.

Et j’ai 8 serviettes lavables en stock. Ça m’a coûté environ 140 euros. Donc si je compte bien, ça fait 5 ans que mes protections ne me coûtent plus rien !

Alors ce n’est pas tout à fait exact car il faut compter le coût du lavage mais honnêtement, je ne consomme pas beaucoup plus d’eau car je les fais tremper dans une petite bassine spéciale et je les lave avec mon linge habituel donc…

Le même constat se fait sur la cup dont le prix d’achat est d’environ 15-20 euros et dont la durée de vie est estimée à 5 à 10 ans selon les marques. Vous rentrez dans vos frais dès la première année d’utilisation.

Les culottes menstruelles qui commencent à faire parler d’elles sont quant à elles un peu plus chères à l’achat encore mais c’est pareil, le calcul est vite fait selon moi et le confort est sans pareil. Je vous en parle dans un prochain article, le temps d’en essayer de plusieurs marques pour vous faire un retour plus complet.

 

Alors convaincue ? Laissez votre commentaire pour partager vos habitudes en matière de protections périodiques ou vos questions s’il en reste.

 

Sources :

– Documentaire Tampon, notre ennemi intime d’Audrey GLOAGUEN

– Meghan Telpner Tampax Tampons:  Toxic  Death  Sticks

– Précarité menstruelle : combien coûtent les règles dans la vie d’une femme ? sur le site du Monde.fr

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
Avatar

Carole Thiebault

Naturopathe - Heilpraktiker
Consultante en gestion autonome de la fertilité

Nous vous recommandons de lire

6 commentaires

  1. merci Carole pour cette explication détaillée qui me donne envie de passer à du réutilisable 🙂
    dans ton experience tu preferes les culottes ou les serviettes lavables
    as tu le droit de citer des marques de serviettes ou des culottes lavables que tu as particulierement apprécié pour le confort, le style, le “local”?

    1. AvatarCarole Thiebault a dit :

      Avec plaisir Catherine,
      Mon expérience a été et reste super satisfaite des serviettes lavables. J’avoue cependant être séduite par les culottes menstruelles.
      Je pense que je peux citer des marques, je ne suis liée avec aucune. Pour les serviettes, pour en avoir testé plusieurs, mon choix va incontestablement vers Plim. Pour les culottes, à ce jour je n’ai testé que les Fempo mais j’attends la livraison d’une autre marque pour me faire une idée.
      Je cherche du français même si le tarif est plus élevé… Je te tiens au courant !

  2. Merci pour cet article 🙂
    J’ai aussi vu ce reportage d’arte et j’en ai pleuré de rage….
    En gros (très gros ;-)) , j’ai pris la pilule durant 15 ans. Une fois arrêtée, j’avais des cycles tellement irréguliers (ça pouvait aller de 25 jours à 55 !!) que c’était difficile de faire un bb…
    Dans le tas, on m’a décelé une belle endométriose. A qui la faute ?! les médecin à l’époque ne savaient pas.. et aujourd’hui encore d’ailleurs.. un pti coup d’oeil au reportage d’Arte peut donner des pistes je pense!
    Je suis donc passée par la pma pour avoir mes enfants…
    Ca fait maintenant 4 ans que j’utilise une cup, des serviettes lavables (pour la nuit) et j’en ai fini avec la pilule.. Et bien, mon portefeuille se porte bien et je n’ai jamais été aussi “réglée comme une horloge” 🙂

    1. AvatarCarole Thiebault a dit :

      Merci Laetitia,
      Pour ce beau témoignage intime. Quel parcours ! Je salue ton courage et celui de toutes les femmes (et leur compagnon) qui traversent des chemins similaires. C’est vous la raison de ce blog ! J’ai à cœur de montrer qu’il y a des choses possibles pour trouver SA façon d’être femme en prenant soin de ce qui nous fait !

  3. Coucou, super sympa ton article sur les protections lavables, j’avais également écrit quelques lignes sur le sujet, mais j’ai également écrit un billet sur “Comment laver tes serviettes lavables” où je propose deux méthodes pour redonner vie à nos précieuses serviettes, je dis précieuses, car certaines coûtent un bras hihiii.
    Je me permets de coller le lien en commentaire, car je suis certaine que cela donnera un plus à ton billet.
    https://nappilla.blog/2019/11/07/comment-dois-je-laver-mes-protections-hygieniques-lavables/

    Bye, à bien et au plaisir de te lire n’hésite pas à venir de me voir sur mon blog.
    Fanny

    1. AvatarCarole Thiebault a dit :

      Bonjour Fanny,
      Oui tu as bien fait c’est super de pouvoir partager, c’est aussi pour cela que je tiens ce blog !
      Je viens te lire tout de suite !!!
      A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous êtes libre de recevoir le livre " Cycle menstruel : 5 clés pour retrouver l'équilibre"