Me contacter

06-03-40-24-65

E-mail

carole-thiebault@28joursdelaviedunefemme.fr

Non parce que j’te parle tout le temps de ton cycle menstruel mais j’me suis jamais demandé si tu savais ce que c’était qu’une hormone et surtout si on peut naturellement accompagner un dérèglement hormonal en partant de cet angle là et avec des moyens naturels. Alors tu sais ce que c’est une hormone ? Et tu sais comment ça fonctionne ? Parce que (presque) tout part de là ! On en parle ?

C’est quoi une hormone ?

 

En fait ce n’est rien d’autre qu’un élément sécrété par un organe (une glande) qui veut faire parvenir un message (un ordre d’accomplir quelque chose de précis) à un autre organe, un tissu ou autre cible déterminée.

On retrouve plusieurs familles d’hormones qui vont présenter quelques subtilités dans la façon de fonctionner et aussi dans la façon dont elles sont fabriquées :

  • dérivées des acides aminés : les acides aminés sont les composants des protéines ;
  • dérivées du cholestérol : ce sont les hormones stéroïdes ;
  • les icosanoïdes : ce sont des lipides dits actifs parmi lesquels on retrouve les leucotriènes qui déclenchement la réaction inflammatoire (SPM, douleur de règles) et les prostaglandines qui favorisent aussi la douleur et l’inflammation. Ils ont un effet assez limité géographiquement car leur action se cantonne localement.

Les hormones visent des cibles

 

C’est pas du tir à l’arc parce que les hormones circulent pour la grande majorité par voie sanguine. On pourrait se dire qu’elles délivrent leur message au petit bonheur la chance comme ça mais pas du tout.

Il faut imaginer que tu veuilles envoyer un message à quelqu’un en particulier pour qu’il accomplisse une action. On est d’accord, tu ne va pas mettre ton message dans une bouteille que tu vas jeter à la mer ni l’accrocher à un ballon. Les probabilités pour qu’il arrive au bon destinataire sont assez minces.

Non au lieu de ça tu vas faire comme beaucoup d’autres : tu va noter le nom et l’adresse du destinataire sur l’enveloppe, tu mets ton message dedans et ensuite le tout dans une boite au lettre. Ensuite ta lettre va être prise en charge par les services de la poste et arriver au domicile de la personne destinataire. Elle va aller chercher son courrier, rentrer chez elle avec et ouvrir le message puis accomplir ce que tu lui demandes de faire dans le message.

Alors si on revient à nos hormones, l’organe qui sécrète le message, c’est-à-dire l’hormone, c’est toi, la circulation sanguine ce sont les services de la poste et l’organe récepteur du message fait entrer l’hormone à travers sa membrane : la boîte aux lettres de son domicile.

 

T’as pigé ? C’est ultra simple en fait la physiologie.

Alors on va un peu plus loin si tu veux bien. En fait une même hormone peut provoquer des effets différents en fonction de la cible. C’est un peu comme si les messages étaient compris différemment par les organes qui les reçoivent.

Allez je sens que t’es bien partie on pousse encore un peu dans le détail.

Rappelle-toi : il existe plusieurs types/familles d’hormones. On en a décrit trois mais les deux premières sont les principales.

Les hormones dérivées d’acides aminés ont besoin pour que le message soit délivré d’un second messager (le premier étant le facteur qui circule pour arriver jusqu’à la cellule / maison. Ce second messager va venir chercher le message mais il faut qu’il soit au courant qu’une lettre est arrivée dans la boîte aux lettres. Donc le facteur dépose le message dans la boîte aux lettres ce qui déclenche la levée d’un petit drapeau rouge. Dans la maison, il y a quelqu’un qui est préposé au courrier. Voyant le petit drapeau rouge, il va chercher le message et l’emporte dans la maison. Il le remet ensuite au destinataire précis.

Bon là je t’épargne les notions d’AMP cyclique, de protéine G (non pas le point G rien à voir), guanosine diphosphate ou triphosphate. Je pense que là je suis en train de générer un mal de tête et ce n’est pas le but. Si tu veux en savoir plus, on peut en parler entre nous mais pour l’article j’arrête là.

Les hormones dérivées du cholestérol, les hormones stéroïdes, elles fonctionnent un peu différemment.  Elles veulent absolument remettre leur message en mains propres à l’élément qui déclenchera l’action qu’elle est venue lui délivrer. Donc si on reprend notre analogie, cette fois le facteur doit lui-même remettre le message au destinataire à l’intérieur de la maison. C’est une lettre recommandée avec accusé réception. Le facteur sonne à la porte et entre au moins dans l’entrée. En réalité, l’hormone stéroïde pénètre la cellule et délivre son message au destinataire se trouvant à l’intérieur (parce qu’il y a du monde dans une cellule c’est une colocations genre auberge espagnole).

 

Comment un traitement naturel peut venir à bout d’un dérèglement hormonal ?

 

S’adapter à la physiologie

Il ne s’agit pas de faire le travail d’un médecin. Ce n’est pas le propos. L’approche naturopathique va être de lever tous les obstacles qui pourraient s’élever pour empêcher la physiologie de faire son job.

Donc la démarche va être de donner à l’organisme tout ce dont il a besoin pour accomplir ses processus liés à la fonction hormonale.

Nous allons nous focaliser sur les hormones stéroïdes parce que les hormones liées au cycle menstruel font partie de cette famille. Du coup, si tu as bien suivi, il faut que l’organe qui fabrique l’hormone puisse effectivement le faire, que le sang soit en capacité de transporter l’hormone pour qu’elle arrive vers la cible et qu’ensuite elle puisse aussi entrer dans la cellule cible et que cette dernière puisse faire son travail.

Sur ce dernier point, on peut décliner en fonction de la cible la stratégie à adopter pour que la fonction soit au top.

Aujourd’hui, concentrons-nous sur les premières étapes

 

Apporter les matières premières à l’organe sécréteur

Tu l’as compris, il s’agit du cholestérol puisqu’on a dit que les hormones stéroïdes étaient fabriquées à partir de ça.

Donc il en faut un minimum dans l’alimentation : produits laitiers, viandes grasses… Mais ne focalise pas sur ce genre d’alimentation, en général on a ce qu’il faut.

En plus le cholestérol d’origine alimentaire n’est pas la part la plus importante du cholestérol total.

Tu vas dire que je focalise mais c’est le foie qui fabrique le plus de cholestérol. Et oui notre ami le foie est encore impliqué ici aussi. Incontournable le bonhomme, c’est pour ça qu’il faut en prendre soin.

Donc on va nourrir le foie, entre autres, et on retrouve les fameux antioxydants, les vitamines, minéraux et oligo-éléments qui vont faciliter et même permettre au foie d’accomplir ses processus.

Là on reste dans du général :

  • légumes ;
  • fruits ;
  • fruits de mer ;
  • un peu de viande;
  • poisson ;

 

Permettre aux hormones de circuler

On se penche sur le sang. Imagine un peu le périphérique à l’heure de pointe. T’as l’impression que les voitures circulent bien toi ?

Ben au niveau du sang c’est pareil. S’il est surchargé et d’autant plus d’éléments qui n’ont rien à faire à traîner là, les autres, ceux qui doivent circuler en sont empêchés.

Et nos hormones quand il y a l’heure de pointe et bien elles sont comme les autres, elles ont du mal à parvenir à destination.

C’est une vision naturopathique qui mérite qu’on l’évoque. Idem, parfois il est nécessaire que les éléments circulants aient besoin d’un transporteur pour se déplacer. Alors s’il n’y a plus de taxi ou que le taxi est lui-même dans les bouchons, on n’est pas sorties de l’auberge !

Donc on réduit ce qu’on appelle les sources de toxémie : malbouffe, produits industriels ou non bio chargés de pesticides, d’additifs qui vont temporairement saturer le sang. Et puis on aide le sang à se purifier :

  • la pomme et sa pectine ;
  • le citron ;
  • l’ail ;

Et surtout bois de l’eau car on va par l’eau renouveler “les liquides” du corps dont le sang bien évidemment.

On peut aussi aider avec une cure de jus de bouleau.

N’oublie pas Monsieur S. (si tu n’as pas encore rencontré monsieur S., c’est que tu n’as pas beaucoup lu ce blog, aller je t’aide, c’est le stress) qui a avoir tendance à réduire le diamètre des vaisseaux sanguins. Alors détends-toi et ton sang aura plus d’espace pour circuler, et ces éléments pourront mieux se déplacer.

 

Permettre aux hormones de délivrer leur message

On l’aborde un petit peu quand-même parce que les cofacteurs qui permettent aux hormones stéroïdes de pénétrer la cellule sont importants. On retrouve des antioxydants mais aussi la vitamine D.

Celle-ci on se demande dans quoi elle n’est pas impliquée. C’est une multirécidiviste ! Et tu sais quoi ? Le foie aussi parce qu’il est important dans la transformation de la vitamine D inactive en vitamine D active (c’est-à-dire utilisable par l’organisme).

Le dérèglement hormonal n’est pas une fatalité. Il est possible de l’accompagner par une approche naturelle. L’alimentation parvient déjà à obtenir de jolis résultats. Ensuite on peut aussi ajouter des outils spécifiques comme la phyto, la physionutrition, etc.

 

Mais pour cela, il est nécessaire de prendre le temps de faire un état des lieux de ce qu’il se passe dans l’organisme (aussi bien dans le corps que dans l’esprit), de savoir en quelque sorte où on mets les pieds, à qui on s’adresse pour adapter, individualiser, tailler sur mesure l’accompagnement qui va répondre à la problématique que toi seule vis.

Envie d’aller plus loin ? Viens te faire coacher et libère-toi des chaînes hormonales !Il te suffit de m’envoyer un mail.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 4
    Partages
Avatar

Carole Thiebault

Naturopathe - Heilpraktiker
Consultante en gestion autonome de la fertilité

Nous vous recommandons de lire

6 commentaires

    1. AvatarCarole Thiebault a dit :

      Ah AH merci j’me déchire pour les trouver !

  1. AvatarLucie - Cuisinez Libéré a dit :

    Avec toi les hormones deviennent beaucoup plus simples et rigolotes 😁
    Ah cette alimentation, la base de beaucoup de choses et surtout une source de « premier » traitement non négligeable !

    1. AvatarCarole Thiebault a dit :

      Merci pour ce joli compliment Lucie.
      Et oui notre Hippocrate le disait déjà en son temps : “Que l’alimentation soit ta première médecine”.
      A bientôt de te lire
      Carole

  2. Bonjour Carole,

    Super article ! (bon comme d’hab… mais ça fait toujours du bien de se l’entendre dire).

    Lire cet article me permet de comprendre encore un peu mieux l’importance d’une bonne alimentation.
    J’en apprends toujours un peu plus sur cette fabuleuse mécanique qu’est notre corps et tout ça dans la bonne humeur avec explications claires. Que demander de plus !

    Et puis je me dis tant qu’à me faire coacher par toi, autant avoir le bon état d’esprit et les bonnes connaissances.
    Je profite d’ailleurs de l’occasion pour te dire combien je suis ravie d’avoir débuté cette démarche avec toi.

    J’apprends à m’occuper de moi. Avec douceur et bienveillance.

    Merci pour tout ce que tu m’apportes.

    À très vite 🙂

    1. AvatarCarole Thiebault a dit :

      Ouh Mylène tu me fais rougir !
      Heureusement que mon ordi ne prend pas de photos quand je lis les commentaires ! Parce que là en plus d’être toute rouge j’ai peur qu’elle gonfle ma tête !
      Promis je la maintient à un volume acceptable et je continue à t’accompagner. Tu mérites cette douceur et ça me fait plaisir de lire ce mot dans ton commentaire car il me semble que cela fait partie de l’objectif en filigrane.
      Continue à te faire du bien, je veille juste à mettre les bons panneaux indicateurs sur ta route.
      Amitiés,
      Carole

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous êtes libre de recevoir le livre " Cycle menstruel : 5 clés pour retrouver l'équilibre"