Me contacter

06-03-40-24-65

E-mail

carole-thiebault@28joursdelaviedunefemme.fr

J’ai entendu ce nom pour la première fois au cours d’une consultation il y a quelques années. Puis plus rien pendant longtemps à part cette femme qui en était atteinte. J’ai fait quelques recherches pour savoir de quoi il s’agit et surtout traduire en naturopathie et déterminer si mes compétences pouvaient être utiles dans l’accompagnement de cette affection.

Ce qui m’intrigue en revanche, c’est que depuis un moment, ce nom résonne de plus en plus souvent dans mon cabinet.

Alors épidémie ou simple coïncidence ?

 

Découvrir le lichen scléreux vulvaire

Aussi appelé lichen scléreux vulvaire cette affection est en fait une inflammation chronique.

Traduction : il y a le feu. Quand on fait des recherches sur le lichen vulvaire on peut lire que cela touche les femmes entre 50 et 60 ans et ménopausées  mais les cas que je vois touche des femmes bien plus jeunes.

Lichen vulvaire

On retrouve deux grandes formes de la maladie :

  • La première forme est appelée cutanée. Elle est caractérisée par des tâches sur la peau. Ce n’est pas cette forme qui nous intéresse aujourd’hui.
  • La forme dont je vous parle est la forme muqueuse. Dans cette forme on trouve une décoloration qui fait naître des tâches blanches nacrées. Parfois s’y ajoute une atrophie de la peau qui varie au fil du temps.

 

Même si 30% des femmes atteintes ne ressentent aucun symptômes, le lichen scléreux vulvaire s’attaque aux grandes et aux petites lèvres ainsi que le clitoris.

Résultat pour les 60% moins chanceuses : ça gratte et ça peut provoquer des douleurs lors des intimités amoureuses.

L’atteinte est toujours externe mais l’atrophie progressive de cette partie de votre anatomie est super gênante.

La peau perd de son élasticité. Dans les formes les plus compliquées, on peut même constater que la peau des petites lèvres se “soude” à celle des grandes lèvres.

 

Accompagner le lichen vulvaire avec la naturopathie

La bonne nouvelle c’est que ça se traite. Votre médecin va vous prescrire une crème corticoïde à appliquer localement.

La seconde bonne nouvelle c’est que d’après mes recherches, on peut accompagner par des actions sur l’alimentation et l’hygiène de vie.

On va pour cela viser deux objectifs : réduire l’inflammation et donner au corps les moyens de régénérer la peau en potentialisant le retour du collagène.

 

Alimentation

Les nutriments qui vont aider l’organisme à synthétiser le collagène sont le zinc, le soufre ou la vitamine C par exemple. Il faut penser aussi aux antioxydants qui aide à lutter contre les conséquences néfastes de l’inflammation.


Alimentation lichen vulvaire

 

En pratique :

On va introduire dans notre alimentation du saumon, des avocats, des légumes (carottes en tête) et fruits frais.

Il faut également penser aux œufs et à l’ail contenant du soufre notamment. 

Si vous n’êtes pas végétarienne, pensez au bouillon d’os. La moelle est la meilleure source de collagène, le boeuf est le plus indiqué.

 

Hygiène de vie

La candidose et l’herpès peuvent être une cause de surinfection du lichen vulvaire. Il y a donc un intérêt majeur à accompagner si vous savez que vous êtes sujette à l’un ou à l’autre.

Soutenir les défenses immunitaires en assurant un bon sommeil au quotidien mais aussi localement.

Des probiotiques au niveau intestinal ainsi que des probiotiques vaginaux permettent de maintenir un haut niveau de défenses.

Gérez votre stress pour éviter la “flambée” de la candidose ou de l’herpès. Pratiquer du yoga ou un sport plus soutenu pour vous “vider” la tête, sortez avec des amis, pratiquer la relaxation ou tout autre activité qui vous procure du bonheur et vous permet de lâcher prise et de prendre du recul sur ce qui habituellement vous tracasse. Vous pouvez retrouver d’autres explications sur le stress en lisant cet article.

 

Sources :

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 6
    Partages
Avatar

Carole Thiebault

Naturopathe - Heilpraktiker
Consultante en gestion autonome de la fertilité

Nous vous recommandons de lire

10 commentaires

  1. Bonjour Carole,
    Décidément j’en apprends encore et toujours plus chez toi !
    C’est première fois que j’entends parler du Lychen vulvaire.
    Merci pour cet article qui soulagera celles qui en souffrent.
    Très bonne journée à toi 🙂

    1. AvatarCarole Thiebault a dit :

      Ah ah trop bien ! Et c’est pas fini, j’en ai encore sous le chapeau 😉
      Bises

    1. AvatarCarole Thiebault a dit :

      Oui c’est fou tout ce qui peut s’exprimer par le corps. Sûrement qu’il y a un panel de facteurs qui pourraient expliquer cela oui… affaire à suivre.
      Bises

  2. Coucou Carole, je ne connaissais pas cette pathologie… Et je suis contente de ne pas la connaitre !! Merci pour cette information et les aliments conseillés en cas d’inflammation. Bises

    1. AvatarCarole Thiebault a dit :

      Avec plaisir Déborah. Oui je suis d’accord avec toi, on n’a pas envie de la connaître de près cette patho. et les femmes qui en sont victimes se sentent souvent bien seules…
      A bientôt

  3. Merci pour cet article. Je ne connaissais pas du tout cette pathologie! Je suis heureuse que de plus en plus le corps de la femme est pris en compte ainsi que les affections qu’il peut subir!

    1. AvatarCarole Thiebault a dit :

      Bonjour Aude,
      Merci à toi pour ton intérêt. Effectivement c’est bien là mon crédo : sortir toutes ces infos de l’ombre pour mieux prendre soin des femmes.
      A bientôt avec plaisir,
      C.

  4. Coucou Carole,
    Et bien, un article très instructif car je n’en avais jamais entendu parler avant !
    Des bisous 🙂

    1. AvatarCarole Thiebault a dit :

      Merci Séréna,
      Et bien c’est rigolo c’est le retour de beaucoup de personnes. J’espère que mes observations resterons confidentielles car c’est vraiment pas un truc que je souhaite à qui que ce soit…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous êtes libre de recevoir le livre " Cycle menstruel : 5 clés pour retrouver l'équilibre"