Me contacter

06-03-40-24-65

E-mail

carole-thiebault@28joursdelaviedunefemme.fr

Si la question de savoir comment gérer les émotions qui te traversent durant tes cycles compte pour toi, tu vas adorer cet article.

En effet, tu te sens presque (ou pas) devenir folle chaque mois parce que tu te vois bousculée par des émotions, des pensées qui ne te ressemble pas.

Du coup tu ne te reconnais pas alors imagine un peu le désarroi de tes proches quand tu sur-réagis lorsqu’ils te demandent si tu as passé une bonne journée.

Ce n’est pas banal de te mettre soudain dans une colère noire et de répondre sèchement qu’elle était pourrie et que tu aimerais qu’ils te fichent la paix avec leurs questions idiotes (et ça c’est le mot poli, on est d’accord). 

Euh en fait ils voulaient juste savoir comment était ta journée.

Et au travail quand tu te mets à hausser la voix et qu’elle se perche dans les aigus juste parce que ton collègue t’as demandé si tu pouvais lui prêter ton agrafeuse… No coment

Le pire, c’est que tu t’en veux de faire ça, c’est comme si quelqu’un avait pris possession de toi et répondait à ta place. Tu sais c’est un peu l’idée du double maléfique…

Et l’instant d’après, tu as envie de pleurer pour un rien, genre le pigeon que tu vois à travers la fenêtre de ton bureau et qui vient de perdre une plume !

Ou juste parce que tu n’as pas réussi du premier coup à enclencher la fermeture éclair de ton manteau ce soir en partant !

Je pourrais te dire comment résoudre cela. Mais j’ai décidé de faire mieux. J’ai décidé de demander à 7 pontes du féminin de nous donner leur avis.

Regards d’expertes

Pourquoi c’est important de pouvoir gérer les émotions du cycle

Tu as l’impression que c’est peine perdue puisque tu ne contrôles pas ces émotions ? Tu te demandes si cela vaut la peine de faire autant d’efforts. Eh bien, voici 4 raisons qui vont te convaincre de relever tes manches et de te sortir de ce marasme mensuel :

·         tu peux réellement atteindre l’apaisement en mettant en place des choses qui sont parfois toutes petites mais avec un effet maximum ;

·         imagine une vie où tu ne te poses plus la question de savoir si tu deviens folle ou non. Tu sais désormais que tu n’est pas folle ;

·         tu profites de relations apaisées avec ton entourage et tu évites d’alimenter le panier de futurs “vieux dossiers” qu’on pourra te ressortir plus tard (genre : “votre instabilité émotionnelle ne nous engage pas à vous confier ce poste auquel vous candidatez” si tu vois ce que je veux dire) ;

·         tu peux enfin te consacrer à te rapprocher de la vie que tu veux vivre au lieu de constamment te sentir coincée à chercher à comprendre ce qui t’arrive.

Ça fait envie non ? Alors je t’invite à lire ce qui suit et à appliquer ce qui t’attire d’emblée. Ensuite ? Tu kiffes, tout simplement !:

Jennifer Muller sur son blog d’Ostéopathe : les bienfaits de l’alimentation

Dans son article, elle affirme que le cycle joue un rôle sur notre humeur et nous donne des conseils bien pratiques en fonction des phases du cycle que tu traverses. Elle a découpé le cycle théorique en 9 périodes pour mieux te faire comprendre les émotions que tu peux traverser, les expliquer en fonction de la physiologie et te donner quelques astuces.

Par exemple celle de respecter une alimentation saine en seconde partie de cycle pour atténuer les effets du syndrome prémenstruel.

Stéphanie du blog Mieux avec soi, avec ses enfants et avec les autres : écoute-toi

Ici aussi le cycle est détaillé selon les 4 phases classiquement évoquées pour décrire le cycle menstruel.

Ce que j’ai aimé dans l’article de Stéphanie, c’est qu’elle parle du fait que les hormones ne sont pas les seules responsables directes de nos émotions.

Au cours du cycle, tu peux ressentir certains symptômes physiques et ils peuvent être responsables eux-aussi de notre humeur.

Ne t’est-il jamais arrivée d’être irritable à cause d’une rage de dents ? Ben ici c’est la même chose mais tous les mois.

Écoute, ton corps essaie d’entrer en contact avec toi

Bonne nouvelle ! L’article détaille 5 conseils concrets pour traverser ces montagnes russes émotionnelles :

  • écoute-toi
  • prends le temps de comprendre ce qui se passe en toi (ça tombe bien c’est ce qu’on essaie de faire ici)
  • prendre conscience des pensées qui te traverse pendant ces périodes délicates (et elle explique pourquoi)
  • apprends à te détacher des regards extérieurs
  • préviens tes proches.

Gaëlle du blog Kiffe ton cycle : le cycle peut être une aide

Gaëlle aborde non sans humour l’aspect positif de ces variations d’humeur. Elle souligne que les inconvénients sont super faciles à repérer. En fait, ils peuvent s’imposer à toi et ils sont un peu comme l’arbre qui cache la forêt.

Du coup tout ce que notre nature cyclique peut nous apporter reste caché : le fait qu’on fonctionne comme une gestion de projet (ben oui le projet de préparer une grossesse c’est pas rien), être perspicace et voir les failles d’un projet afin qu’il ne capote pas, être capable de voir un problème sous différents angles de vue…

Ce que défend Gaëlle : la connaissance (et là-dessus on se rejoint) du cycle et des trésors qu’il recèle pour justement apprivoiser la chose et donc mieux la vivre.

Anouk pour le blog Dans ma culotte : observe-toi

Même vision optimiste du cycle et de ses fluctuations sur le blog de Dans ma culotte.

Après une première partie qui rappelle succinctement le fonctionnement du cycle, on arrive aux conseils pratiques.

Et là j’avoue que j’aime leur approche car tout débute par l’observation. Observation des ressentis justement avec en plus la consigne de noter, parce qu’il ne faut pas te leurrer, tu oublieras comme tout un chacun, le comment tu t’es sentie le 5 février 1983 par exemple. Non mais ne rigole pas je suis sérieuse même si j’exagère sur la date, ta mémoire te joue constamment des tours. Donc note, ce sera plus sûr et parfois même tu pourras être étonnée.

Observer ses ressentis, un pas vers l’apaisement des émotions

Ce que j’aime aussi dans cet article, c’est la nuance qui est apporté entre les fluctuations cycliques normales, je dirais pour ma part physiologiques, et un réel déséquilibre hormonal qui peut faire vivre l’enfer aux femmes concernées.

Ici, noter dans ton petit carnet ne suffira pas ! Il faut consulter, agir en modifiant et en adaptant ton hygiène de vie.

Carry du blog Héroïnes au quotidien : un cycle 4 émotions à gérer

Avec Carry, je retrouve un peu le ton que j’aime : l’humour et la désacralisation. Elle a ce petit plus que j’aime (parce que je fais partie de la team) : le yoga. C’est peut-être ce qui aide à prendre du recul.

Mais ce qui est intéressant dans son article sur les phases du cycle, c’est l’explication énergétique justement de ces phases.

Avec ce mantra que tu dois absolument te répéter chaque jour et le coller partout chez toi : C’est normal de ne pas avoir la même énergie au fil du cycle.

Du coup tu trouves dans cet article un conseil pour mieux vivre chaque phase et gagner en efficacité sans pour autant t’épuiser.

J’avoue que c’est difficile à mettre en place parfois mais quand on y parvient, quel kiff !

Dominique du blog Féeminitude : le cycle, les émotions et la médecine chinoise

Dans son article Cycle féminin et médecine chinoise, Dominique nous propose la vision d’une médecine ancestrale et reposant sur une vision assez éloignée de la vision occidentale.

Qu’à cela ne tienne, elle nous présente de façon assez simple (j’ai compris alors c’est bon signe !) le cycle vu par la MTC.

On comprend que les 4 phases du cycle dont on parle beaucoup ces derniers temps viennent probablement de cette approche asiatique. Et ça ne s’arrête pas là car ces 4 phases seraient en lien avec des organes précis et certaines émotions viendraient bloquer ces organes donc la fonctionnalité du cycle.

En MTC émotions et organes sont intimement liés

Par exemple, le foie gère le sang (menstruations) et la colère peut bloquer la fonction hépatique (comprendre au niveau énergétique pas au niveau de l’organe) et ainsi être la cause de douleurs de règles.

Ici donc l’approche émotionnelle est inversée. Au lieu de lire les émotions comme une conséquence de l’accomplissement du cycle, on peut les aborder comme pouvant être à l’origine de déséquilibres du cycle.

Étonnant et super intéressant.

Le blog de Plim : le cycle au fil des saisons

Dans leur blog, Plim a choisi d’aborder le cycle avec l’analogie des saisons.

4 phases du cycle, 4 saisons qui renvoient chacune à un état d’esprit particulier. L’hiver par exemple est lié à un besoin d’introspection, de retour à soi, tout comme pendant tes règles.

Quoi de plus naturel alors de suivre le mouvement et de s’accorder du repos. Comme dans la vie, l’hiver on reste un peu plus chez soi, on a envie de cocooner, de rester au chaud.

Ça te rappelle quelque chose ?

Attends je t’en remets un autre : l’été on n’a qu’une envie, sortir, rencontrer du monde, prendre du bon temps. Et bien c’est la phase de l’ovulation ! Alors s’il y a désir d’enfant, lâche les vannes de ton pouvoir de séduction 

A toi maintenant.

Jusqu’ici tu t’es souvent sentie ballotée, baladée par des émotions fortes et contradictoires. Tu sentais bien que ça avait un lien avec ton cycle mais sans pouvoir y mettre vraiment d’explication.

On vient de voir en faisant le tour de ces 7 visions d’expertes qu’effectivement ton cycle est lié à tes émotions. 

La galère ? Au contraire, tous ces articles te démontrent que comprendre ce qui se passe en toi t’aide déjà à mieux accepter cet état de fait. Et non, on ne va pas faire cesser le business.

Par contre, par des petits pas progressifs, tu peux prendre conscience de ce qui se joue et en jouer toi-même au final.

Résultat : au lieu d’être le jouet de je ne sais quel maléfice, tu reprends la maîtrise des variations émotionnelles et tu danses avec elles pour ne pas tomber. Transformer un parcours déstabilisant en une progression dansée magnifique à regarder.

Il est pas beau le programme ?

Moi je vote POUR ! Parce que quand tu y parviens, tu ne dilapides pas ton énergie, tu peux mener ta vie en mode projet (et donc déléguer des boulets qui te plombent) et surtout tu peux ouvrir la porte à la confiance intérieure et ça, ça n’a pas de prix !

Alors première étape pour toi c’est quoi ? Plutôt dans la team alimentation ou observation pour commencer ?

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
    Partage
Avatar

Carole Thiebault

Naturopathe - Heilpraktiker
Consultante en gestion autonome de la fertilité

Nous vous recommandons de lire

6 commentaires

  1. Merci pour cet article plein de ressources !
    C’est vrai j’avais plutôt tendance à trouver que les fluctuations hormonales (et des humeurs) étaient plutôt une plaie. Aujourd’hui je suis plus souple avec cela.

    1. AvatarCarole Thiebault a dit :

      Bonjour Astrid,

      De la souplesse voilà qui est chouette.
      C’est vrai j’ai l’impression que beaucoup de femmes sont en lutte et j’aimerai tant que leur quotidien soit plus fluide.
      Donc je suis heureuse de lire que tu as trouvé plus de souplesse !
      Belle journée
      Carole

  2. Voilà de belles façons d’aborder nos émotions à fleur de peau, commençons par l’observation :)Merci pour ton article !

    1. AvatarCarole Thiebault a dit :

      Avec plaisir Angélique.
      Observons observons !

      Au plaisir de te lire
      Carole

  3. Hello !
    Depuis que j’accepte mieux mes émotions et surtout que je les comprends, ça me semble plus simple à vivre au quotidien 🙂
    Des bisous !

    1. AvatarCarole Thiebault a dit :

      La magie de l’intra-communication !!
      Merci Séréna,

      Bises
      Carole

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Reçois et passe le test d'équilibre hormonal pour savoir où tu en es