Me contacter

06-03-40-24-65

E-mail

carole-thiebault@28joursdelaviedunefemme.fr

Si la question des premières règles se posent prioritairement aux mamans de jeunes filles, la première consultation gynéco ne tarde pas à venir ensuite à l’esprit quand il s’agit d’accompagner une future femme vers son chemin de santé. Quand faut-il déclencher le premier rdv, qui consulter et que va-t-on y faire ? Des pistes de réponses pour t’aider à préparer sereinement cette étape importante dans la vie des femmes.

Quand consulter un gynécologue pour la première fois ?

On se demande souvent quand démarrer un suivi gynéco pour sa fille. Il est vrai que traditionnellement, les premières expériences amoureuses conduisent souvent les mamans à prévenir plutôt que guérir. Elles décident alors de prendre rdv et d’accompagner leur fille chez le gynéco (souvent le leur) dans une visée contraceptive.

Et si le suivi gynécologique pouvait être vu autrement que dans l’urgence d’apaiser une peur ?

Et si le suivi gynéco était l’occasion de poursuivre et de compléter la transmission débutée par la maman (ce dont on a parlé ici).

Photo de Ketut Subiyanto provenant de Pexels

Peut-on envisager la première consultation gynécologique comme une proposition faite à sa fille lorsqu’on sent qu’elle est prête ?

Ou même en tant que relai de connaissances lorsque ses questions dépassent tes connaissances pour lui répondre.

Qui consulter pour sa première consultation gynéco ? 

La question se pose d’emblée : qui aller voir ?

Le Larousse défini la gynécologie comme étant une “spécialité médicale consacrée à l’étude de l’organisme de la femme et de son appareil génital, du point de vue tant physiologique que pathologique”.

Alors là je tombe des nues en même temps que je t’écris. Parce que je n’ai jamais rencontré de gynécologue qui s’intéresse à plus loin que mon vagin, mon utérus et mes seins. Je ne sais pas toi mais j’ai toujours eu cette sensation qu’autour de ces organes j’étais transparente (particulièrement mon cerveau et ça c’est ce qui m’a fait abandonner la dernière gynéco en date !).

Le même dictionnaire nous livre ensuite une définition de la sage-femme. Il s’agit d’un “praticien exerçant une profession médicale à compétence limitée au diagnostic et à la surveillance de la grossesse, et à la pratique de l’accouchement”.

Tu noteras au passage qu’on parle de praticien et non pas de praticienne alors même que la grande majorité des professionnelles sont des femmes. Mais puisque depuis 1982 la spécialité est ouverte aux hommes, et ben paf on les inclut directement ! Est-ce que dans la définition d’urologue on a une féminisation de l’appellation ? Ben non il reste neutre pourtant il y a bien des femmes urologues.

Bref c’était ma petite minute militante !

Ceci pour en arriver à te dire que la définition de gynécologue et de sage-femme (ou maïeuticien.ne) devrait être revue parce que la réalité est en train de changer depuis quelques années. Et oui la profession de gynécologue tend à disparaître, du moins en cabinet privé, pour ne plus avoir que des obstétriciens. En parallèle, les compétences de suivi gynécologique se sont ouvertes aux sage-femmes qui ne se contentent plus désormais de l’accompagnement de la grossesse.

Résultat ? Ben pour le moment on a le choix d’une approche, de la personne. A cela s’ajoute aussi le médecin généraliste qui peut faire le suivi gynéco.

Pourquoi choisir l’un plutôt que l’autre ?

Plusieurs possibilités de choix pour se faire accompagner

En fait je ne crois pas que ce soit une histoire de compétence mais bien de personne. Il me semble important de choisir un(e) professionnel(le) qui soit à l’écoute, accueillant(e) et qui puisse répondre de manière factuelle aux questions de la jeune fille.

Je dis bien factuel pour ne pas risquer de tomber dans le risque de faire peur ou d’impressionner une jeune fille qui expérimente quelque chose d’inédit.

Pourquoi proposer une première consultation gynéco?

Comme évoqué plus haut (c’est pour voir si tu suis bien), la première raison qui peut pousser à consulter un professionnel pour un suivi gynéco est le besoin de choisir une contraception.

Du coup le choix du professionnel prend ici tout son sens parce que si tu es en face de quelqu’un qui ne t’écoute pas et qui a une idée préconçue de ce qu’il faut prescrire à une jeune fille, on risque de tomber dans une caricature de consultation.

Je le redis, le professionnel a avant tout un rôle d’information et de conseil. 

Donc logiquement il devrait dérouler tout le panel des pratiques contraceptives en exposant les avantages et les inconvénients de chacune. 

Cela implique aussi de parler de celles qui ne sont pas efficaces pour expliquer pourquoi il peut paraître logique de l’écarter (je pense par exemple au fameux retrait).

Cela implique aussi d’être soit même bien informé sur ces différentes méthodes pour pouvoir en parler de la façon la plus neutre possible. 

Cela implique de pouvoir parler aussi des méthodes pour lesquelles on n’a pas personnellement d’atomes crochus sans laisser paraître ses opinions personnelles.

A bon entendeur…

Les autres raisons de consulter pour la première fois peuvent être liées à un déséquilibre du cycle :

  • puberté précoce ;
  • puberté tardive ;
  • cycles irréguliers ;
  • Ou même infection vaginale.
Photo de Polina Zimmerman provenant de Pexels

Mais la raison qui reste pour moi la plus douce, c’est la volonté de s’inscrire dans une démarche de transmission et d’éducation à la santé. Faire prendre conscience de l’importance de prendre soin de soi.

Qu’est-ce qu’on va me faire ?

Bon super Carole tu nous as dit pourquoi c’est important de soigner la première consultation gynécologique, mais moi j’ai pas un souvenir ultra glamour de ma première fois chez le gynéco.

Ça c’est une phrase que tu pourrais facilement me lancer, non ?

Et bien je te donnerai raison si effectivement cette consultation a consisté à subir un examen gynécologique.

Oui cet examen en première rencontre peut choquer, oui quand on est une jeune fille on peut être choquée ou garder un souvenir désagréable de ce passage obligé chez le gynécologue.

Et non, ce n’est pas un passage obligé ! La première consultation gynéco est importante et peut rester comme une ombre sur la vie gynécologique de la femme.

Tu as bien lu : l’examen gynécologique qui consiste à se retrouver pratiquement à poil sur une table d’examen à laquelle il manque indéniablement une paire de centimètres et qui du coup t’oblige, pour tenir dessus, à caler tes pieds dans des étriers.

T’avoueras qu’il y a de quoi être traumatisée. Et c’est pas fini : parce que le médecin introduit ses doigts dans ton vagin jusqu’au col de l’utérus.

Ben franchement comme entrée en matière dans ce qui tourne autour de la sexualité au sens large il y a mieux t’es pas d’accord ?

Cet examen n’est pas obligatoire pour une première consultation !

Certaines personnes ont quand même de drôles de mœurs : premier contact, ils font connaissance en te fourrant leurs doigts dans ton intimité !

Donc on peut remettre les choses dans l’ordre : il est possible de se contenter d’un échange avec des questions sur les antécédents familiaux, les habitudes de vie de la jeune fille, répondre à ses interrogations.

Photo de Madison Inouye provenant de Pexels

Et laisser la palpation des seins et le frottis pour plus tard.

Le frottis bénéficiant en plus d’une latence de plusieurs années avant d’être pertinent dans le dépistage du HPV (lis ceci si tu veux en savoir plus).

A fortiori, l’échographie transvaginale n’a pas à être imposée. Pour info c’est l’échographie ou la sonde est introduite dans le vagin.

Alors te sens-tu prête à proposer sa première consultation gynécologique à ta fille ?

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 3
    Partages
Avatar

Carole Thiebault

Naturopathe - Heilpraktiker
Consultante en gestion autonome de la fertilité

Nous vous recommandons de lire

4 commentaires

  1. Merci pour cet article que je trouve très pertinent. Pourquoi agir dans l’urgence (et influencer l’image du gynécologue aux yeux de notre fille) et ne pas présenter ce docteur comme un aidant. Cette approche me plait vraiment bien et c’est vrai que c’est la première fois que je lis un tel conseil. Merci !

    1. AvatarCarole Thiebault a dit :

      Merci Nicolas pour ce joli retour sur l’article.
      Changeons le monde à petits pas !

      Belle journée,
      Carole

  2. C’est vrai que c’est tout à fait ça car ma mère m’a emmené pour la première fois consulter car j’avais un petit copain et elle souhaitait que j’ai une contraception. Hop, sous pilule !
    J’avais 15 de tension la première fois où j’y suis allée et la gyneco m’a dit ” Il faut se détendre”
    Oui, oui, bien-sur… c’est très évident de se détendre dans ces conditions ahha

    1. AvatarCarole Thiebault a dit :

      Ah oui c’est leur grande expression : mais détendez-vous madame.
      Parce que c’est facile de se détendre quand t’es à moitié à poil les jambes écartées et qu’on va t’introduire un truc bien froid qu’ils écartent ensuite pour pouvoir regarder.
      C’est confortable pour qui ?
      Je ne sais pas si tu as une fille Julia mais je suis certaine si c’est le cas que tu y penseras le jour où… et c’est comme ça qu’on change le monde 😉
      Bises
      Carole

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Reçois et passe le test d'équilibre hormonal pour savoir où tu en es