Me contacter

06-03-40-24-65

E-mail

carole-thiebault@28joursdelaviedunefemme.fr

Si on regarde bien, vous êtes peu nombreuses à souffrir de ces migraines cataméniales. Seulement une femme sur trois souffre de migraines et sur ce nombre, il n’y a que 14% pour lesquelles ces maux de tête sont dus au cycle menstruel. Du coup pas trop la peine de s’y attarder non ? Sauf que ce genre de céphalées est vraiment gênant parce qu’il revient tout le temps de façon cyclique et que les douleurs peuvent être carrément handicapantes dans le quotidien. Les périodes de vie les plus à risque sont la puberté et la pré ménopause.

A quoi sont dues les migraines menstruelles

Avoir mal à la tête à chaque fois que ses règles approchent ont mis la puce à l’oreille de certains scientifiques et aujourd’hui la piste privilégiée est la piste hormonale. Mais il peut y avoir d’autres causes qui en découlent.

Un déséquilibre hormonal peut déclencher des céphalées menstruelles

Aujourd’hui il est communément admis que les migraines cataméniales sont déclenchées par la chute brusque des hormones à la fin du cycle, annonçant l’arrivée des règles (pour mieux comprendre le cycle, lisez cet article).

Pour faire simple, Tu as mal à la tête parce que tes hormones œstrogènes en tête et progestérone jouent aux montagnes russes et abordent à ce moment là la grande descente. Tu sais celle qui fait peur, où tout le monde hurle et qui nous fait les joues toutes bizarres avec la pression de la vitesse.

Bon ça va pas aussi vite que ça en vrai avec nos hormones mais on est dans l’image.

Et bien pour certaines femmes ça peut déclencher des nausées (voir de vomissements) et pour d’autres de simples maux de tête.

Simples ? Si tu en es victime je te sens trépigner devant ton écran en commençant à sentir la moutarde te monter au nez. Parce que avoir mal à la tête systématiquement avant tes règles ne te simplifie pas la vie, voir te la complique carrément !

Allons plus loin si tu veux bien pour comprendre vraiment ce qui se passe (et du coup trouver des pistes pour régler le problème). En fait quand je t’ai dit tout à l’heure que les céphalées de cycle étaient dues à une chute hormonale, j’ai évoqué les œstrogènes en priorité.

Et bien tiens-toi bien, il semblerait que la progestérone ait un rôle minime dans l’histoire et que ce soit encore notre ami œstradiol qui fasse des siennes (vraiment on dirait un sale gosse, depuis le temps qu’on en parle, genre ici par exemple pour rappel).

En fait des études ont montré qu’il fallait un taux suffisant d’œstradiol dans le corps pour que la différence entre le haut de la montagne russe et le bas déclenche ces migraines menstruelles.

Autrement dit plus le grand huit est monstrueux, plus tu as des risques de te taper la tête contre les murs. Au passage, je te déconseille cette technique, ça ne fait que rajouter à ta douleur.

 

Les maux de tête peuvent être déclenchés par les neurotransmetteurs

Cette chute hormonale perturbe le cerveau qui donne un signal pour dire que ça va pas. J’espère que tu as compris depuis le temps que ton corps est intelligent : il sait te faire passer des messages. Quand tu as mal quelque part, c’est qu’à l’intérieur il y a un truc qui fonctionne pas comme ça devrait. Et ça fonctionne AUSSI pour tout ce qui touche au cycle menstruel féminin. Y a pas de raison !

Du coup quand tu as mal à la tête au moment des règles, ça peut venir d’un deuxième effet KissCool de cette chute hormonale. En fait cette variation brusque va entraîner au niveau cérébral une perturbation des neurotransmetteurs. Tu sais les neuromédiateurs ce sont les messagers chimiques qui permettent au cerveau de faire circuler une information.

Illustrations reproduites avec l’autorisation de BirdsDessines.fr qui ne peut être tenu responsable des propos tenus dans les phylactères.

Et ben là figure-toi que le neurotransmetteur qui risque le plus d’être perturbé par la chute de l’œstradiol, c’est la sérotonine. La pauvre, elle avait pas forcément prévu mais les œstrogènes l’ont entraînée dans le wagon du grand huit et elle suit la grande descente de la montagne russe de la mort !

Sauf que là quand t’as plus assez de sérotonine, bon déjà tu risques d’être un peu moins zen qu’à ton habitude mais en plus la tolérance à la douleur elle se carapate pour te laisser seule avec cette sensation lancinante dans la tête.

Génial tout ça me diras-tu. Mais comment je fais moi j’ai toujours mal. On y vient. Maintenant qu’on sait à peu près ce qui se passe, ça nous donne des clés pour agir.

Deux pistes pour se débarrasser des migraines cataméniales

Bon alors est-il utile de te dire que si tu vas voir le médecin ou gynéco ou autre professionnel de santé pour ça, tu vas avoir deux réponses possibles.

Soit il te dit que c’est dans ta tête : ben oui c’est ce que tu lui dis depuis le début, c’est à la tête que tu as mal. Ou encore que c’est comme ça et qu’il faut faire avec.

Soit il te colle un anti-douleur ou mieux, il te propose de stopper ton cycle. Plus de cycle, plus de chute hormonale, plus de mal de tête (enfin ça c’est à voir en fonction des femmes).

Fastoche non ?

Ben je sais pas toi mais moi ça ne me convient pas ! Alors voilà ce que je propose.

1/ Assurer l’équilibre hormonal et cérébral

Si les maux de tête au moment des règles sont dus au fait qu’il y a forcément beaucoup d’œstrogènes pour que leur chute provoque ça, je me dit que dès le départ, on n’est pas dans un processus physiologique. Sinon ça ne ferait pas mal.

Habituellement, j’insiste sur l’importance de considérer l’équilibre hormonal en regardant les œstrogènes par rapport à la progestérone et inversement parce que les deux se répondent.

Mais là typiquement, on va être dans une sorte d’hyper oestrogénie absolue. C’est-à-dire que tu as trop d’œstrogènes, point.

Alors deux stratégies :

  • On  peut tenter d’intervenir en boostant ta production de progestérone pour trouver un semblant d’équilibre relatif. Mais dans ce cas là je trouve que c’est une mauvaise piste parce que ça ne va pas jouer sur cette chute. Elle sera toujours là ;
  • Du coup je serai d’avis d’assurer un meilleur niveau d’œstrogènes dans ton cycle. En gros, faire en sorte qu’il retrouve des niveaux plus en cohérence avec ce que la physiologie a prévu.

Tu me suis ? Alors on ne va pas commencer à jouer les apprenties sorcières en bloquant la production d’œstrogènes. Je te propose de t’assurer de plusieurs paramètres qui devraient calmer un peu le jeu (et tes migraines cataméniales) :

  • Faire le point sur ton exposition aux perturbateurs endocriniens qui entraînent souvent une hyper oestrogénie
  • T’assurer que tu évacues bien les oestrogènes une fois qu’ils ont rempli leur mission. Histoire de ne pas les garder pour toi et de les laisser circuler alors qu’ils n’ont plus rien à faire là.

2/ Chouchouter son foie

Et c’est là que j’en viens à ce point super important selon moi. C’est de chouchouter l’organe chargé du tri des déchets.

Hop hop hop, je ne suis pas en train de te manquer de respect. Juste d’évoquer que nous aussi, les filles j’veux dire, on évacue les déchets dus au travail normal de nos petite cellules. Alors évidemment ça reste entre nous et on laisse planer l’idée que nous ne pétons jamais et que tout ce qui sort de notre corps de rêve sens la rose.

Revenons donc à notre foie qui est THE organe chargé d’évacuer les déchets des processus métaboliques (t’as remarqué comme j’ai tout de suite relevé le niveau ?). Notamment le tri et l’évacuation des hormones qui ont été utilisées. Et c’est super important parce que (et je t’en parlerai dans un article consacré, promis) le foie fait son boulot en plusieurs étapes et il se peut qu’il produise des éléments plus toxiques à la sortie que ce qu’il a reçu.

Donc quand tu veux t’occuper de ton équilibre hormonal, je t’en supplie, pense en priorité à regarder si ton foie est en forme et s’il est en capacité d’assurer correctement son job.

C’était le mot de la fin, pour cette foie/fois. Ah ah je ne peux pas m’en empêcher ! Bon en même temps si tu continues à me lire, c’est que tu apprécies ce petit côté comique !

Alors dis-moi puisqu’on parle de ça. Je suis sûre que tu as des copines que ça intéresserait carrément de savoir tout ça. Oh aller, je sais que parfois quand on aime un truc on veut le garder pour soi mais là, le sujet est trop important (tu me le dis souvent en plus en off) pour ne pas le partager.

Un petit mail à deux ou trois bonnes copines (surtout celles qui se plaignent d’avoir cycliquement mal à la tête pour le coup). Tu me diras !

 

Sources :

Prise en charge de la migraine cataméniale

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 24
    Partages
Avatar

Carole Thiebault

Naturopathe - Heilpraktiker
Consultante en gestion autonome de la fertilité

Nous vous recommandons de lire

20 commentaires

    1. AvatarCarole Thiebault a dit :

      Ben en fait Audrey oui on est vernies parce que notre corps nous parle et que peut-être nos modes de vie, notre société est à repenser en incluant les besoins des femmes au même titre que celui des hommes…
      Bises
      Carole

  1. Merci pour cet article. Justement j’avais remarqué un lien entre mes migraines et mon cycle et les variations de sérotonine avait déjà été évoquées avec mon homéopathe il y a des années. Les pièces du puzzle s’assemblent !

    1. AvatarCarole Thiebault a dit :

      Anne,
      c’est génial on se croirait dans un livre policier et on arriverai au dénouement ?
      En tout cas super que ça prenne sens.
      A bientôt,
      Carole

    1. AvatarCarole Thiebault a dit :

      Merci Laura,

      Au plaisir de te lire à nouveau.
      Belle journée
      Carole

  2. Super intéressant, je savais pas les hormones pouvaient provoquer des maux de tête. J’ai cliqué car je n’ai jamais entendu personne se plaindre de maux de tête liés aux règles, j’ai été surpris. Résultat, j’ai appris pleins de choses, merci !

    1. AvatarCarole Thiebault a dit :

      A ton service Mathias !!
      Si tu as des amies qui en parle, tu pourras les épater (et leur transmettre le lien vers cet article).

      Belle journée
      Carole

  3. Whaouh! Carole ton blog est magnifique, jai bien aimé la caricature que tu fais avec nos hormones oestrogènes en tête, et progesterone qui jouent aux montagnes russes😂😂 cest cool!

    1. AvatarCarole Thiebault a dit :

      Merci merci merci Esther !
      Tu sais que des commentaires comme le tiens me rebooste pour plusieurs jours ?
      Alors au plaisir de te lire à nouveau !
      Carole

  4. Bonjour Carole;
    Je ne suis pas concerné directement. Mais je trouve cela très intéressant et instructif car nous les hommes ne connaissons pas cette problématique mais le faite de mieux la comprendre permet d’être plus complaisant au moment ou nos proches ont leurs règles.
    Merci pour cet article 🙂

    1. AvatarCarole Thiebault a dit :

      Merci Gabriel,
      Oui c’est la marche vers plus de bienveillance les uns envers les autres. Et surtout maintenant tu pourras leur dire que ce n’est pas une fatalité !
      A bientôt
      Carole

  5. Super article Carole!
    J’aime beaucoup t’as façon de voir qui est différente de certains professionnels de la santé. Ou du moins que tu montres qu’il n’y pas forcément besoin de sur ruer sur les anti-douleurs.

    La partie sur le foie est très intéressante.

    1. AvatarCarole Thiebault a dit :

      Ah oui merci Simon. J’en aurai tout un article sur le rôle du foie avec les hormones. Tiens je crois que je vais l’inclure dans mon planning éditorial.
      Bises
      Carole

  6. Article intéressant et bien instructif, merci! J’adore le ton employé en plus ^^ . Pour info, j’ai surtout eu des problèmes de céphalées liées aux règles lorsque je prenais la pilule… Depuis que j’ai arrêté, j’ai eu moins de souci mais ça m’arrive encore. Le foie est en effet une bonne piste à suivre. Je teste actuellement un remède au hasard : le soja. Bien que certains spécialistes annoncent à corps et à cris que c’est au contraire nocif pour le système hormonal, j’ai remarqué que j’ai bien moins mal au ventre au moment des règles quand j’ai consommé du soja 2 à 3 fois par semaine durant tout le mois précédent…

    1. AvatarCarole Thiebault a dit :

      Oui le soja est controversé à cause d’études contradictoires mais aujourd’hui on en sait plus sur son action et il est bénéfique dans certains cas, à éviter pour d’autres.
      Une idée d’article intéressante, merci !
      Carole

  7. Salut Carole,
    Et bein dis donc, qu’est-ce que je vois (je suis un peu à la bourre sur mes lectures sur ton blog) ??
    Il m’a fallu descendre tout en bas de la page, j’ai dû survoler une belle quantité de commentaires !

    Je suis ravie de voir autant de réactions sur ton blog.
    Ton travail de qualité est de plus en plus connu et cela me fait extrêmement plaisir de voir ça !

    Bon blague à part… Figures toi que j’ai aussi souvent des nausées à la fin de mon cycle (un peu avant mes règles).
    Mais comme comparativement à mes autres “désagréments” (quel doux euphémisme….) ce n’est pas grand-chose (souvent juste une journée et c’est tolérable) je ne m’en suis pas préoccupée. Je constate que c’est encore l’alimentation qui va certainement devoir tout régler (je n’ai pas encore vraiment commencé mon travail sur mon cycle …)
    Bref, je pense que vraiment y’a un truc qui cloche… et que je ne sais pas trop par quoi commencer.

    Hey ? Tu fais pas des consultations à distance ?
    Genre une vraie prise en charge pour les femmes comme moi qui ont confiance en toi et qui ne veulent pas forcément passer par quelqu’un d’autre ?
    J’estime notre relation sérieuse et durable depuis tous ces mois maintenant 😉
    On pourrait peut-être en parler ?
    Qu’en penses-tu ?

    Ton travail est remarquable et je pense que tu pourrais m’apporter une véritable aide.
    En tout cas la médecine habituelle ne peut rien pour moi car elle considère que tous mes maux sont à considérer comme “normal” (le prochain qui me dit ça je lui fais avaler son clavier !!!)

    À bientôt 🙂

    1. AvatarCarole Thiebault a dit :

      Ah Mylène !
      Que j’aime tes commentaires (et la relation qui se tisse en parallèle) Merci pour ta fidélité elle me touche tellement !
      Alors oui depuis le confinement (on dirait que c’est un événement qu’on apprend dans les livres d’histoires) j’ouvre les consultations à distance et j’ai peut-être encore mieux : je travaille sur une formule de coaching (mais ce n’est pas finalisé).
      Alors si tu veux on en parle par messagerie ?
      Bises
      Carole

  8. Hello Carole !
    Merci pour cet article, super intéressant ! Ton blog est une vraie mine d’information, j’adore ! 🙂
    À bientôt !
    Maëlle

    1. AvatarCarole Thiebault a dit :

      Merci pour ton retour Maëlle, je continue à vous dénicher des infos intéressantes alors !

      Bises
      Carole

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous êtes libre de recevoir le livre " Cycle menstruel : 5 clés pour retrouver l'équilibre"