Me contacter

06-03-40-24-65

E-mail

carole-thiebault@28joursdelaviedunefemme.fr

Tu te demandes peut-être s’il existe une technique qui soit à la fois naturelle et efficace pour enfin dire adieu à toutes les petites (ou grosses) misères que te fait endurer ton cycle et tes hormones ? Ne cherche plus : la réponse est dans les bains dérivatifs. Qu’est-ce que c’est que ce truc ? En quoi ça consiste ? Et surtout comment t’y mettre ? Les réponses sont juste en-dessous.

 

Les bains dérivatifs remontent à la nuit des temps

Imagine, on est au 19ème siècle, Louis Kühne est chez lui tranquille(si ce détail t’intéresse, ça se passe en Allemagne). Il pense certainement à quelques dossiers qui ne quittent pas son esprit et, perdu dans ses pensées, ses yeux se posent sur son chien.

Ce qu’il voit sans voir c’est son chien qui fait ce que tous les chiens font régulièrement : il se lèche entre ses pattes postérieures, de part et d’autre du sexe.

A la manière de Newton qui compris grâce à une pomme les lois de la gravité, Louis Kühne sent qu’il y a là matière à réflexion.

C’est un homme assez ouvert aux approches alternatives à la médecine de l’époque à cause d’un parcours personnel et familial lourd en ce qui concerne la santé.

Bref, grâce à son chien, Kühne à compris ce que les chinois connaissaient depuis des milliers d’années avant lui : l’intérêt de ce qu’il a alors appelé les bains de siège à friction.

Bien plus tard, une femme du nom de France Guillain, navigatrice, aventurière et qui n’a pas sa langue dans sa poche remet au goût du jour les bains de siège à friction de Kühne en y apportant quelques précisions quant à leur mode d’action.

Les bains dérivatifs débarquaient à nouveau et cette fois c’était en France (normal avec France me diras-tu).

Mais France Guillain fait référence, pour étayer ses arguments en faveur des bienfaits des bains dérivatifs, à ce qu’elle nomme une compétence naturelle ancestrale des humains. J’te raconte ?

Ben oui t’es là pour ça bien-sûr.

Alors voilà, on replace un nouveau décor et cette fois on est au temps des hommes primitifs (on en trouve encore de nos jours par exemple en Nouvelle-Guinée et ils pratiquent peut-être sans le savoir les bains dérivatifs).

En tout cas à cette époque-là, on vivait plutôt dans des régions chaudes et surtout on vivait nus. Non mais t’excite pas c’est pas la nudité qui nous intéresse c’est sa conséquence. Donc on vivait nus et en plus on n’avait pas de bus ni de Uber pour se déplacer. Non madame, on faisait ça avec les moyens du bord : nos pieds !

Tu vois un peu où je veux en venir ?

Ok je vois qu’il faut tout te dire aujourd’hui. On marchait, des heures durant, sous le soleil des tropiques. Donc on avait chaud, donc on transpirait et cette transpiration, par la force de la pesanteur (ah ben tu vois on retrouve Newton enfin la gravité qui existait bien avant lui) et de la forme de notre corps, s’écoulait jusqu’à l’aine et au périnée. Le temps qu’elle s’écoule jusque là, elle a eu le temps de se refroidir et donc de refroidir la zone où elle finit sa course.

 

Et alors ? me diras-tu.

Ben alors lis la suite et tu vas comprendre ce que fait cette sueur froide…

 

Améliorer ton cycle menstruel avec une fonction naturelle : les bains dérivatifs

En refroidissant les aines et le périnée, la sueur provoque une différence de température entre le corps bien chaud et cette partie plus fraîche.

Résultat selon France Guillain, on provoque une sorte de frisson qui fait vibrer tes intestins et tes fascias.

Les fascias, se sont des sortes de filets qui soutiennent et entourent tous tes organes et tes systèmes (cardiaque, pulmonaire, génital, etc…). Un peu comme la crépine autour des caillettes (tu connais pas les caillettes ? bon ben prochaines vacances en Ardèche et tu goûtes les caillettes).

Et France Guillain explique que tes fascias ont une fonction de détoxication des organes qu’ils viennent aussi nourrir. Les fascias vibrants remettent aussi en circulation les graisses.

Deux sortes de graisses existent selon France Guillain :

  • Les graisses blanches : les pas cool, celles qui s’accumulent, qui te font des moches bourrelets et en plus pas les meilleures pour ta santé, bref, rien à faire là. Circulez madame la graisse blanche, il faut pas rester là !
  • Et les graisses brunes : les gentilles, elles nous isolent du froid et du chaud, elles aident à chasser les graisses blanches ainsi que tous les autres déchets organiques.

Les graisses brunes en plus sont hyper sympas avec nos hormones parce qu’elles seraient un support voir un relai super sympa au moment de la ménopause. Quand elles circulent bien, adieu les bouffées de chaleur, la sécheresse cutanée et des muqueuses et une libido qui reste à son haut niveau (qui a dit qu’on était HS à la ménopause ?).

Ça c’est ce que fait la sueur quand elle s’écoule le long de ton corps tout chaud et qu’elle va refroidir ton entre jambe.

Mais le problème c’est qu’on ne vit plus toute nue, bien au contraire et que la région pelvienne reste irrémédiablement au chaud à cause des vêtements et de nos positions assises sur des fauteuils moelleux.

Non t’inquiète après les soutiens-gorge (lire ici) je ne vais pas te dire de lâcher ta culotte.

Mais bien de reproduire cette compétence ancestrale naturelle par la pratique des bains dérivatifs et du coup de retrouver cette composante naturelle qui nous permet de rester propre de l’intérieur.

 

Comment améliorer tes cycles menstruels grâce aux bains dérivatifs

Et plus que la simple “propreté interne” c’est bien tous les systèmes organiques qui en profitent. Ben oui on est quand même mieux et on circule plus efficacement dans un lieu clair et rangé.

Du coup ton système hormonal fonctionne mieux lui-aussi et tu peux compter sur plusieurs avantages à pratiquer les bains dérivatifs. Parmi eux :

  • Le cycle devient plus régulier ;
  • Les symptômes de syndrome prémenstruel diminuent puis disparaissent ;
  • Les saignements sont nets, d’une durée acceptable (4-5 jours max) et l’abondance revient à la normale ;

 

Et en plus tu peux compter sur quelques bonus ! Ton périnée va se raffermir et tu peux dire adieu aux petites fuites qui te pourrissent la vie depuis ton/tes accouchements. Mieux, si tu es attirée par la continence menstruelle (la capacité à évacuer le sang de ses règles aux toilettes comme on irait faire pipi), les bains dérivatifs peuvent t’y aider par ce renforcement au niveau du périnée.

Et ce que j’aime bien aussi avec cette technique de bains dérivatifs, c’est que ton transit devient ultra régulier et efficace donc si tu me suis, tu auras compris que l’évacuation des hormones “usées” se fait mieux aussi (ce qui contribue d’ailleurs à améliorer tous les point décrits plus haut). Si tu as besoin d’en savoir plus sur ce point, lis ceci.

 

Comment pratiquer les bains dérivatifs 

Alors en pratique, comment on fait des bains dérivatifs ?

Il y a deux façons de les pratiquer.

 

La méthode classique

 

Il suffit de mettre de l’eau froide dans une petite bassine, de t’accroupir au-dessus et de passer un gant ou un linge préalablement humidifié avec l’eau au niveau des aines, de haut en bas.

Je te préviens il faut, pour que ce soit efficace, que ça dure 10 minutes minimum.

 

La méthode moderne

 

Pour cela il faut un accessoire : des poches de gel que tu peux mettre au congélateur pour les refroidir.

Plus simple que la méthode classique parce que tu peux rester habillée et que tu peux pratiquer les bains dérivatifs en travaillant.

Il suffit soit de coincer la poche de gel entre deux culottes superposées (pour l’hygiène et parce que c’est pratique) et de vaquer à tes occupations.

Mais tu peux aussi (et c’est comme ça que je les préfère) la poser sur ta chaise et t’assoir dessus, tout simplement.

L’inconvénient peut-être c’est qu’il faut le faire plus longtemps que la méthode classique : 2 heures dans la journée.

 

Ce qui est commun aux deux méthodes

 

Il faut absolument éviter d’avoir froid au niveau de ton corps. Mets un gilet en plus si jamais tu sens que c’est juste pour toi. C’est seulement au niveau de l’entre-jambe que tu dois ressentir une sensation de fraîcheur. Il ne s’agit pas de te congeler les lèvres !

Et surtout il faut toujours ressentir cette fraîcheur locale, c’est donc important d’avoir plusieurs poches de gel pour les changer quand celle en place se réchauffe.

 

Ben voilà tu sais tout.

Perso je trouve cette technique super intéressante parce que naturelle et vraiment source d’un beau regain d’énergie à tous les niveaux.

Le bémol c’est que ça peut-être contraignant selon les moments de ta vie alors qu’il faudrait intégrer cette pratique tous les jours, comme on se brosse les dents.

Au minimum, 3 fois par semaine pourraient suffir à ressentir les bienfaits mais ça risque de prendre un peu plus de temps.

 

Alors prête à tenter ?

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
    Partage
Avatar

Carole Thiebault

Naturopathe - Heilpraktiker
Consultante en gestion autonome de la fertilité

Nous vous recommandons de lire

20 commentaires

  1. Bonjour Carole,
    D’ou je viens, les enfants sont presque nue toute l’année et profite des bains froids et aussi de la mer, mais quand même je vais faire suivre ton article à ma sœur.
    Elle apprécie beaucoup des articles surtout avec la nourriture.
    Je t’ai envoyé un email si tu arrives à me répondre.
    Bel article et a bientôt
    Rodney

    1. AvatarCarole Thiebault a dit :

      Merci Rodney,

      Mais d’où viens-tu ? Finlande, Islande ?
      Merci de partager c’est sympa !
      J’essaie de regarder mes mails, cette semaine est très chargée de mon côté.
      Bises

  2. AvatarPauline a dit :

    Bonjour Carole, Merci pour cet article c’est très intéressant!
    j’avais noté la référence du livre de France Guillain mais je ne l’ai toujours pas lu… J’avoue avec le froid qui arrive ça ne me motive pas trop mais j’aimerais bien tester plus tard!

    1. AvatarCarole Thiebault a dit :

      Avec plaisir Pauline,

      Je suis d’accord avec toi, l’hiver ça fait pas trop envie et pourtant, ça aide à mieux résister au froid au final. Il faut se mettre un plaid sur les épaules pour se cocooner pendant les bains.
      Tu me diras.
      Bises
      Carole

  3. Super technique, j’essaie dès cette semaine. Je me rappelle avoir déjà utilisé les bains de siège pour faire baisser la fièvre et se sentir mieux quand on est malade, je ne connaissais pas ces effets sur le cycle. Merci !

    1. AvatarCarole Thiebault a dit :

      Aller hop c’est cool Anne,

      J’attire ton attention qu’il s’agit d’une technique différente des bains de siège (popularisés en son temps par Rika Zarai) qui consiste à immerger le bassin dans de l’eau froide.
      Ici on ne met pas cette partie dans l’eau, on vient seulement la faire s’écouler le long des aines en “frottant” du haut vers le bas (ou alors utilise les poches de gel).
      J’ai hâte d’avoir ton retour !

      Bises
      Carole

  4. Bonjour,
    merci pour cet article bien écrit et sympa à lire 😉
    Je me souviens cet été, avoir essayer de finir mes douches à l’eau froide en la faisant couler le long de l’aine… j’avais senti une nette amélioration de mon transit général. Je vais y repenser maintenant que nous sommes bien plus couvert !
    Merci pour cet article

    1. AvatarCarole Thiebault a dit :

      Avec plaisir Alice,

      Oui c’est une pratique qui peut se faire. Ceci dit il y aura plus d’effet si tu fais ça habillée car la différence de température sera plus nette au niveau corporel.
      Bonne pratique alors !
      Carole

  5. Merci Carole pour cet article. Je ne connaissais pas du tout ces bains dérivatifs. C’est plutôt intéressant, surtout au niveau de leurs bienfaits ! Je garde ça dans un coin de ma tête et passerais à l’action quand je m’y sentirai prête !

    1. AvatarCarole Thiebault a dit :

      Génial si j’ai pu t’apporter une nouvelle info. Oui il faut se sentir prêt(e) à mettre en place car il faut surtout de la régularité pour en ressentir les effets et cela peut être ressenti comme une contrainte.
      Au plaisir d’avoir de tes nouvelles !
      Carole

  6. Merci, Carole, pour cet article très intéressant. J’en avais déjà vaguement entendu parler de cette technique, mais je ne l’avais jamais essayé. J’avais essayé pendant plus d’un mois les douches froides le matin et j’avais remarqué qu’elles avaient aussi une influence positive sur mon cycle, entre autre, mais j’ai un peu de mal à persévérer avec les douches froides en hiver. Alors, pourquoi pas essayer la technique que tu proposes.

    1. AvatarCarole Thiebault a dit :

      Avec plaisir Stella,
      Alors oui les douches froides ont aussi leur intérêt. En fait il faudrait que je fasse un article sur toutes les technique d’hydrothérapies existantes et qui ont un impact positif sur le cycle !
      En tout cas n’hésites pas à me faire un retour d’expérience.

      Bises
      Carole

  7. Bonjour Carole,
    Je découvre ton article et ton blog pour la même occasion. J’aime beaucoup la manière dont tu écris. Et nos thématiques sont très proches : j’écris sur le flux instinctif libre ou continence menstruelle, dont tu parles, et c’est justement grâce à France Guillain et son livre le bain dérivatif que j’ai découvert cette pratique. Je suis très enthousiaste à l’idée que nous cheminons dans la même direction !

    1. AvatarCarole Thiebault a dit :

      Oh la classe Maëlle,
      Tu vas pouvoir m’en dire plus sur ton expérience car j’avoue que c’est une approche que je n’ai pas testée et je ne veux pas m’avouer vaincue par mes idées (sûrement préconçues).
      Alors oui pour échanger un peu plus sur nos sujets de prédilection.

      A bientôt
      Carole

  8. Article très bien documenté. On sente les recherches que vous avez pu faire, ce qui rend le contenu très instructif. La morale c’est que les “recettes de grand mères” ont souvent du bon ! La nature est bien faite et si animaux et hommes des 4 coins du monde adoptent les mêmes rituels (dans leur finalité) c’est qu’il y a forcément quelque chose à apprendre.

    1. AvatarCarole Thiebault a dit :

      Merci pour ton retour(oui il y a un peu de boulot derrière 😉 )
      Effectivement, la nature est notre maître.
      Carole

  9. Bonjour Carole,
    Mais quel article !
    C’est fou ce que l’on apprend chez toi ! Je n’aurais pas cru découvrir cela. J’en suis bouche bée (oui j’ai donc l’air très intelligente 🙂 ).
    Comme quoi l’observation de la nature nous apporte beaucoup.
    Je t’avoue avoir réfléchi à la suite de ton article et je me demande bien comment intégrer cette pratique. Il me semble difficile de m’accorder au moins 10 minutes par jour pour cette pratique mais… je ne suis pas fermée non plus.
    Merci pour ton travail. Comme toujours c’est excellent !

    1. AvatarCarole Thiebault a dit :

      Coucou Mylène,

      Top j’ai l’impression à te lire que tu découvres un truc nouveau chaque semaine (ça me remonte la barre à chaque fois !)
      Alors pas de panique, c’est justement l’intérêt des poches de gel : pas besoin de se désahbiller : tu la pose sur ton siège et tu t’assoies dessus !
      Aussi simple que ça.
      Il faut juste penser à la changer dès que la sensation de fraîcheur s’amenuise. Mais pour les gens qui travaillent beaucoup devant un ordi par exemple.
      Bises
      Carole

    1. AvatarCarole Thiebault a dit :

      Ah ah avec plaisir Marie.
      Oui sur le blog on peut être un peu plus complet !
      Ravie que tu aies eu le fin mot de l’histoire !

      Bises
      Carole

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous êtes libre de recevoir le livre " Cycle menstruel : 5 clés pour retrouver l'équilibre"